Vous êtes ici : AccueilFinal Fantasy 14Comptes-rendus de la bêta

Compte-rendu de la bêta par Sheron974

Final Fantasy XIV: A Realm Reborn

Cela va bientôt faire un an que j'ai mis le pied sur Éorzéa et que j'en suis tombé amoureux. J'ai passé presque six mois sur la première version du jeu, de mai dernier au 11 novembre 2012, date de fermeture des serveurs. Ces six mois inoubliables m'ont permis de découvrir quasiment tout ce que le jeu avait à offrir, je pense notamment à son incroyable scénario qui a, au fil des mises à jour, écrit l'histoire d'un monde qui s'éteint et dont j'ai eu la chance de voir la conclusion en direct. Cette V1 souffrait de nombreux défauts, c'est connu de tous, et même si j'ai pris beaucoup de plaisir à y jouer, j'avais toujours le sentiment d'être dans un monde magnifique, mais aux possibilités tellement limitées. Par le biais de mises à jour titanesques et régulières, Naoki Yoshida a levé petit à petit ces contraintes et ces limites jusqu'à faire en sorte que, dans ses derniers mois, cette version du jeu fut vraiment plaisante à jouer. Mais l'on était arrivé à un stade où l'on sentait que le jeu était arrivé au maximum de ce qu'il avait à proposer dans son format actuel, et qu'il serait difficile d'aller plus loin.

C'est donc avec beaucoup d'enthousiasme et d'impatience que j'ai pris part à ce test Bêta. J'avais également eu la chance de participer au test Alpha, mais dans un souci de compréhension pour ce dossier, je ferai comme si je ne l'avais pas fait.

L'éditeur de personnages est le premier contact que l'on a avec le jeu et, comme il nous avait été promis, nous avons le choix parmi toutes les races du jeu. Les femmes Roegadynes à la (aux) taille(s) impressionnante(s) font donc enfin leur apparition, accompagnées des tant attendus hommes Miqo'tes dont seule la position debout-immobile fait ressortir tout le côté félin si caractéristique de cette race. Avec eux arrivent également les femmes Hyurgothes, un mélange bien dosé puissant et sexy. Je les testerai plus tard, au pire j'en croiserai sûrement dans le jeu mais pour l'heure, ma Miqo'te me manquait et il me tardait de la retrouver.
J'ai donc utilisé l'outil que j'avais pour recréer fidèlement de A à Z l'avatar si cher à mes yeux, avec lequel j'ai découvert la première version du jeu. Je jette un rapide coup d'œil aux nouvelles coiffures disponibles et j'apprécie que l'on ait à notre disposition un choix plus large que dans la V1. Nous n'avions d'ailleurs pas accès à tous les éléments de customisation, j'ai remarqué que les coiffures de type cheveux longs voire très longs étaient absentes. Les éléments manquants seront ajoutés lors de la troisième phase de test.

Final Fantasy XIV: A Realm Reborn
Final Fantasy XIV: A Realm Reborn

Une fois dans le jeu, je suis vite passé dans le menu réglages pour configurer les touches du clavier. Sur la première version je jouais à la manette, le mode de jeu clavier/souris était une découverte pour moi. Des petits essais rapides pour régler les habituels sens de déplacements de caméra : normal et inversé, puis me voici arrivant à Gridania.
Gridania, que j'avais déjà traversée des centaines de fois dans le passé était à nouveau devant moi, à la fois très similaire et très différente. La Cité-État a gardé ce calme et cette sérénité qui la caractérisent et que l'on ressent dès que l'on y arrive. Certains éléments de la ville sont restés à la même place, d'autres ont été déplacés, mais Gridania reste sensiblement la même et pourtant je ne l'ai jamais vue aussi belle.
Le nouveau moteur graphique du jeu semble donner un second souffle à Gridania. Ce qui me marque le plus c'est le travail effectué au niveau de la gestion de la lumière et des ombres, forcément. Tout semble plus beau, plus animé, plus réel et plus vivant.
La nuit nous assistons à une tout autre ambiance. La musique change pour une version plus apaisante du même thème, les lumières s'allument à l'intérieur des bâtiments et le ciel étoilé scintille magnifiquement au dessus de nous sans qu'un sinistre présage écarlate ne vienne perturber cette tranquillité.

Final Fantasy XIV: A Realm Reborn
Final Fantasy XIV: A Realm Reborn

Je commence donc par lancer la première quête du jeu qui nous fait nous balader en ville pour découvrir les endroits importants de Gridania. Sur le trajet, je rencontre plusieurs PNJ (personnages non joueurs) qui ont d'autres quêtes à me proposer. Ces quêtes de début de jeu s'enchaînent les unes après les autres de façon fluide et sans grande difficulté afin d'accompagner le nouveau joueur dans sa découverte de ce monde. Son apprentissage se fait progressivement en suivant une logique ludique mais également scénaristique. Je suis très rapidement invité à sortir de la ville pour aller combattre dans la forêt de Sombrelinceul.
D'ailleurs, avant de parler des combats, je vais parler un peu de cette forêt.

La forêt de Sombrelinceul est la zone qui entoure la cité-état de Gridania. Ce sont d'ailleurs là les seules zones accessibles lors de ces deux premières phases de tests si l'on omet les donjons.
C'est en explorant cette région que j'ai remarqué qu'un énorme travail avait effectué sur la direction artistique de cette nouvelle version. Autrefois un labyrinthe de couloirs aux éléments graphiques et designs répétés à volonté dans la première version, cette forêt passe à une zone ouverte immense, séparée en plusieurs zones toutes uniques tant dans le level design que dans la direction artistique, et qui poussent à l'exploration ! On peut par exemple passer de la flore luxuriante de la forêt centrale avec ses arbres centenaires à une zone moins boisée mais beaucoup plus fleurie entourée d'un massif de ronces dans la forêt de l'est. La direction artistique est également beaucoup inspirée des évènement scénaristiques du jeu, vous trouverez en effet des zones où les paysages sont déserts et où seuls quelques arbres morts tiennent encore debout suite à la chute de débris du météor à la fin de la première version. À un autre endroit encore j'ai eu la chance de tomber sur la carcasse d'un appareil de technologie magitek sur lequel la nature avait reprit ses droits et l'avait recouvert de mousse. Des ruines anciennes, des marécages boueux, il y a tellement d'endroits magiques et plus somptueux les uns que les autres et tout cela sans sortir de la Forêt de Sombrelinceul ! Il me tarde vraiment de découvrir le travail effectué sur les autres zones du jeu.

Final Fantasy XIV: A Realm Reborn
Final Fantasy XIV: A Realm Reborn

Ces deux images proviennent de la même zone ! La Forêt Centrale.

J'en reviens donc à ma première sortie hors de la ville pour mener mes premiers combats. Dès le premier face-à-face, j'ai vite réalisé que bien qu'étant Archer de niveau 50 sur l'ancienne version, il me faudra réapprendre entièrement à jouer cette classe tant le gameplay a changé. Ceci est également valable pour les autres classes combattantes avec des changements plus ou moins importants. Les compétences et leurs effets ont changé et nous commençons le combat avec notre jauge de PT pleine. Les PT sont des points nécessaires à l'exécution des compétences et alors que dans la première version il nous fallait faire monter cette jauge depuis 0 en attaquant avec des attaques normales pour pouvoir utiliser une compétence, ici nous commençons le combat avec cette jauge pleine, permettant l'utilisation immédiate de celles-ci. Ce changement apporte un dynamisme bienvenu aux combats et nous permet de les enchaîner bien plus rapidement. On y prend vite goût, l'assimilation de ce nouveau gameplay est facile. Trop facile même, diront certains, mais je pense que plus les joueurs auront progressé, gagné des niveaux et donc par la même occasion de nouvelles compétences ; plus nombreuses et complexes les tactiques de jeu deviendront, surtout lors du jeu en équipe.

Final Fantasy XIV: A Realm Reborn
Final Fantasy XIV: A Realm Reborn

Lors de la deuxième phase de tests, j'ai pu pendant quelques heures tester la principale nouveauté introduite dans cette phase ; le gameplay à la manette ! C'est avec ma manette de PlayStation3 que j'ai fait ces premiers essais. Ce nouveau mode de gameplay a été conçu principalement pour les joueurs PS3. Il m'a donc paru logique de m'y essayer avec la manette adéquate.
Ce qui m'a séduit dès la prise en main, c'est la fluidité des déplacements du personnage et de la caméra. Les sticks analogiques de la manette permettent en effet des déplacements plus souples et précis que la pression des touches du clavier. Le menu d'actions en croix permet d'exécuter pas moins de 128 actions différentes avec juste des combinaisons de deux boutons de la manette. Ce nouveau système, bien que très ingénieux demandera sûrement un petit temps d'adaptation avant d'être utilisé efficacement, mais un joueur débutant qui n'aura que peu d'actions disponibles au début pourra s'y habituer progressivement.
Le principal défaut du jeu à la manette c'est qu'il faut quand même avoir un clavier à côté de soi pour communiquer avec les autres joueurs. On peut bien évidemment jouer sans discuter, mais ce serait faire l'impasse sur l'un des plus gros atouts de Final Fantasy XIV, : sa communauté. Joueurs PS3, investissez dans un clavier adapté ! Il serait vraiment dommage de passer à coté de l'esprit communautaire de ce jeu.

Cette vidéo explique le fonctionnement du jeu à la manette
par Naoki Yoshida en personne !

Les moyens pour gagner de l'expérience dans A Realm Reborn sont aussi nombreux que variés. La voie plébiscitée par les développeurs et qui est la plus naturelle de toutes est de suivre le cheminement des quêtes principales, celles-là même qui vont faire avancer la trame scénaristique. En plus des quêtes principales, il existe des quêtes annexes qui n'ont pas d'impact sur le scénario, mais qui parfois permettent d'en apprendre un peu plus sur le monde de FFXIV.
Les mandats déjà présents dans la première version du jeu le sont toujours et constituent une seconde source de points d'expérience pour les joueurs. Ces missions aux objectifs divers ont l'avantage de pouvoir être répétées autant de fois que voulu.
Enfin, en plus des quêtes et mandats, les joueurs ont en leur possession des carnets. Il en existe trois sortes : le bestiaire, le carnet de récolte et le carnet d'artisanat. Ces carnets comportent de nombreuses entrées avec des listes de monstres à tuer en certaines quantités pour les classes combattantes, d'objets à récolter pour les classes de la terre et d'objets à synthétiser pour les classes de la main. Pour chaque entrée complétée, une quantité de points d'expérience non négligeable sera gagnée par le joueur dans la classe adéquate.
Il existe encore beaucoup d'autres types de contenu dans le jeu tels que les ALÉA, des sortes d'événements apparaissant régulièrement à divers endroits auxquels tous les joueurs peuvent participer pour peu qu'ils soient de passage dans les environs.
Les donjons instanciés sont des zones à explorer en équipe avec un ou plusieurs boss tapis au plus profond de l'instance. C'est lors des donjons que l'on a la possibilité, si la chance s'y prête, de récupérer des équipements, armes et armures qui sont à niveau égal de bien meilleure qualité que ceux trouvés dans le commerce ou obtenus en récompenses de quêtes.
Il est difficile de se retrouver sans n'avoir rien à faire sur Éorzéa tant le contenu est conséquent et varié. Dire qu'il ne s'agit que d'une bêta et que bien des éléments nous sont encore inaccessibles et cachés...

Final Fantasy XIV: A Realm Reborn
Final Fantasy XIV: A Realm Reborn

J'ai pris beaucoup de plaisir à re-découvrir Éorzéa lors de ces deux phases de test et j'ai vraiment hâte que la troisième phase débute pour retrouver mon avatar tel que je l'ai laissé sur la première version (les personnages de la première version vont être transférés) et pouvoir découvrir le travail effectué sur les nouvelles zones, tester les changements apportés aux classes qui étaient inaccessibles à Gridania.
Je suis également très satisfait par les nouveaux serveurs qui permettent un transfert de données beaucoup plus rapide, le nombre de personnages et d'objets affichés à l'écran est désormais bien plus élevé. Cette nouvelle infrastructure permet donc de faire tourner le jeu sur des machines moins puissantes et moins gourmandes pour avoir un jeu plus beau tout en conservant une fluidité qui était souvent absente du premier jeu.
Le jeu est beau, il est fluide, sa prise en main est facile, son contenu est aussi grand que varié et totalement Final Fantasy !
Bref, le jeu est FUN ! Certes il n'est pas exempt de défauts. Beaucoup de testeurs lui reprochent une trop grande accessibilité, une difficulté trop basse par rapport à la première version du jeu, mais sur ce sujet personnellement je ne m'inquiète pas. Je suis persuadé que le contenu de jeu à haut niveau comme la Tour de Cristal ou le Labyrinthe de Bahamut auront des challenges vraiment ardus à proposer.

C'est donc un bilan très positif pour ma part et de savoir qu'il va me falloir attendre encore un mois pour pouvoir y retourner est assez frustrant.
J'ai parlé plus haut dans mon témoignage du ciel étoilé et de sombre présage écarlate, je parlais ici bien entendu de Dalamud, la lune rouge d'Éorzéa que vous avez sans doute vu dans la vidéo « la fin d'une ère ».

Final Fantasy XIV: A Realm Reborn

En tant que joueur de la première version, j'ai une sorte de relation particulière avec Dalamud ; un mélange de fascination, de crainte mais aussi d'affection. Je parle ici d'un ressenti vraiment personnel, mais je pense que les joueurs qui comme moi ont été sur la première Éorzéa comprendront. Lors de chaque connexion, à chaque instant du jeu, peu importe l'endroit ou l'heure, nous avions toujours au dessus de nos têtes cette boule rouge, puissante, presque divine et qui au fil des divers patches et mises-à-jour se faisait toujours de plus en plus grosse et de plus en plus menaçante. J'ai commencé à assimiler Dalamud à une sorte de compte à rebours qui aurait pour dénouement à la fois la destruction d'Éorzéa dans le cadre du scénario du jeu mais également la fin définitive de cette première version du jeu.
Si l'omniprésence de plus en plus forte de Dalamud était annonciatrice de ce qui attendait Final Fantasy XIV premier du nom, j'aime à penser que ce magnifique ciel étoilé dénué de toute menace que j'ai pu contempler lors de ces tests est annonciateur de l'avenir qui attend A Realm Reborn. C'est en tout cas tout ce que je lui souhaite.

Final Fantasy XIV: A Realm Reborn




Vous devez être inscrit et connecté pour pouvoir poster un commentaire.
Cliquez ici pour vous inscrire dès maintenant !