Vous êtes ici : AccueilInformationsConcerts Final Fantasy

le marathon Distant Worlds


Dimanche 27 juin 2011 a eu lieu à Chicago le marathon Distant Worlds. Au programme, deux concerts (l'un à 14h30, l'autre à 19h30) entièrement consacrés aux musiques de Final Fantasy. Une expérience unique vécue par Finaland.

:: Entre cosplayeurs et BCBG

Le Symphony Center de Chicago est un magnifique bâtiment de 1904 situé au centre-ville. Maison du fameux Chicago Symphony Orchestra (l'un des cinq orchestres majeurs des États-Unis), autant dire que ce n'est pas vraiment le genre d'endroit où l'on voit des cosplayeurs tous les jours...


Le Symphony Center de Chicago

La magie de Distant Worlds agit cependant dès l'arrivée devant le bâtiment : se côtoient des personnes d'un certain âge très propres sur elles, des familles, des groupes d'amis, des cosplayeurs et des marginaux. L'ambiance est bon enfant, avec de nombreuses personnes souhaitant une photo à côté de la Tifa locale (qui a des arguments de poids) ou de l'Auron qui a pris un coup de jeune pour l'occasion. Les cosplays sont rares mais plutôt réussis.


Tifa et ses deux arguments

Les Bon-Chic-Bon-Genre, de leur côté, ne semblent pas prendre offense de ces hérétiques venant envahir leur espace, certains allant jusqu'à demander également une photo à Tifa. Au milieu de la foule, la femme d'Arnie Roth ne sait plus où donner de la tête, beaucoup de personnes l'interpellant pour la féliciter. J'aurai tout de même le droit à un poli salut de la tête lorsque nos regards se croiseront ; ça fait toujours plaisir. Un peu plus loin, Yosephine, l'interprête de Maria, arpente également les couloirs, mais dans l'anonymat. Nous bavarderons un peu avant de prendre nos places, moi en hauteur, elle dans l'un des box (c'est ça d'être une star).
Les deux boutiques de souvenirs, elles, tournent à plein, que ce soit avant les concerts ou pendant les entractes. Se mettent donc à fleurir les T-shirts Distant Worlds et les DVD Returning Home.

Tout ce petit monde rejoint progressivement l'Orchestra Hall et ses 2522 sièges dans la joie et la bonne humeur. Mais lorsque les lumières s'éteignent, c'est un silence religieux qui s'abat sur le public, avant qu'un tonnerre d'applaudissements accueille sur scène Arnie Roth, chef d'orchestre depuis maintenant sept ans des concerts Final Fantasy. Mais l'accueil sera encore plus enthousiaste lorsque Nobuo Uematsu le rejoindra, saluant le public avant d'aller s'installer avec tout le monde dans la salle (cinquième rang, rangée de droite). Et c'est alors parti pour deux fois deux heures de concert de musiques totalement cultes.

:: Un chœur l'après-midi, un opéra le soir

Arnie Roth et Nobuo Uematsu ont souhaité différencier autant que faire se peut le concert de l'après-midi et du soir. Nous aurons donc le droit, l'après-midi, à un chœur de 40 choristes, prêtant leur voix pour des morceaux tels que Liberi Fatali (Final Fantasy VIII), One Winged Angel (Final Fantasy VII) ou Fisherman Horizon (Final Fantasy VIII). Au final, c'est environ la moitié des 21 pistes jouées l'après-midi qui aura le droit à la participation du chœur.


Nobuo Uematsu rejoindra le chœur pour chanter One Winged Angel

Quelques musiques feront également appel à un orgue, absent le soir, comme l'énorme Dancing Mad (Final Fantasy VI).
Le concert du soir aura le droit à un traitement différent, avec bien sûr le cultissime opéra Maria and Draco (Final Fantasy VI). Les trois chanteurs que j'ai eu la chance de rencontrer quelques jours auparavant vont pendant 10 minutes faire montre de leur talent à une salle qui en retour leur offrira une standing ovation.


Rasle, Maria et Draco

Et pour contrebalancer l'orgue de l'après-midi, une guitare sèche a été prévue pour le soir, afin de pouvoir jouer Dear Friends (Final Fantasy V) et l'entraînante Vamo' alla Flamenco (Final Fantasy IX). Il serait long de faire le comparatif complet, mais grâce à cette rotation des instruments et des intervenants, les deux concerts ont pu proposer un programme assez différent l'un de l'autre.
Et en parlant d'intervenants, deux guests connues des fans étaient également de la partie ce jour-là.

:: Benjamin Nuss et Susan Calloway

Quand c'est bon on ne compte pas. C'est sans doute la raison pour laquelle le virtuose du piano Benyamin Nuss et la chanteuse Susan Calloway ont été tous les deux présents lors des deux représentations de Distant Worlds à Chicago. L'avantage de ce marathon a été que Susan Calloway a pu chanter à six reprises durant les deux concerts, sans se répéter. Nous avons ainsi eu le droit à Answer (Final Fantasy XIV) et Memoro de la Stono (Final Fantasy XI) l'après-midi, puis Suteki Na De (Final Fantasy X), Melody of Life (Final Fantasy IX), Kiss me Goodbye (Final Fantasy XII) et Fabula Nova Crystallis (Final Fantasy XIII) le soir.


Susan Calloway

De son côté, Benyamin Nuss n'interviendra que trois fois pour jouer en solo March of the Dreadnoughts! (Final Fantasy XIII) le soir et Those who Fight (Final Fantasy VII) lors des deux concerts. Il faut dire que certains morceaux, cultes également, devaient tout de même être joués lors des deux représentations.


Benyamin Nuss

:: Double dose

Au final, ce n'est que sept musiques que l'on retrouvera sur les deux concerts, soit un tiers de concert. Un nombre correct, bien qu'à mon sens ce ne soit pas les pistes les plus adulées qui aient été choisies. You're not Alone (Final Fantasy IX) et Dark World (Final Fantasy VI) s'expliquent par le fait que c'était la première fois qu'elles étaient jouées pendant un concert Distant Worlds.


Nobuo Uematsu au synthétiseur, Arnie Roth au violon

Restera donc The Man With the Machine Gun (Final Fantasy VIII), le classique Swing de Chocobo enchaîné après le thème des Chocobos de Final Fantasy XIV, Bombing Mission (Final Fantasy VII) et évidemment One Winged Angel (Final Fantasy VII) qui, dans la grande majorité des concerts, sert de conclusion. Le chœur n'étant pas présent le soir, c'est le public qui a dû chanter, avec Nobuo Uematsu sur scène pour nous encourager. Sans doute le meilleur moment de la soirée.


« Sephiroth ! »

::Scéance dédicace et conclusion

Pour les chanceux, la fin du concert ne signifiait pas forcément la fin de l'évènement. Les heureux possesseurs de billet V.I.P étaient par la suite conviés à une scéance dédicace + photo avec Nobuo Uematsu, Arnie Roth, Benyamin Nuss et Susan Calloway. Si l'organisation est un peu stricte (un objet à faire dédicacer par personne, une photo par billet V.I.P et prise uniquement par le professionnel qui ne sait pas cadrer), les quatre artistes jouent le jeu et prennent régulièrement des poses improbables avec les fans. N'étant pas trop mal placé dans la file d'attente, il me faudra tout de même patienter quarante-cinq minutes avant d'avoir le droit de faire signer mon DVD Returning Home par les quatre artistes et prendre la photo souvenir. À vue de nez, les derniers ont bien dû attendre deux heures.

C'est ainsi que s'est donc terminé ce marathon Distant Worlds chicagoan. L'idée de ces deux concerts dans la même journée aura permis aux fans sur place de vraiment profiter d'une setlist qui commence à devenir très longue. Vu le succès, il est envisageable que cette initiative soit proposée lors d'autres dates dans le monde. En attendant un passage à Paris...





Vous devez être inscrit et connecté pour pouvoir poster un commentaire.
Cliquez ici pour vous inscrire dès maintenant !