Vous êtes ici : AccueilInformationsLes Créatures de l'esprit

Les Créatures de l'esprit - Production

:: L'ambition pour moteur

Final Fantasy : Les Créatures de l'esprit part d'un souhait des plus ambitieux d'Hironobu Sakaguchi : produire le premier film en images de sythèse mettant en scène des êtres humains réalistes. Ces personnages ainsi créés pour le film pourront être réutilisés par la suite pour d'autres projets, devenant des acteurs à part entière avec leur propre carrière. Un souhait qui va impliquer un investissement en temps, en argent et en personnes colossal.

Pour y parvenir, Square USA ouvre à Honolulu (Hawaii) un nouveau studio entièrement dédié au projet : Square Pictures.

Honolulu

:: Les Créatures de l'esprit : une hydre à deux têtes

La localisation du studio Square Pictures sera à l'image de l'équipe du film : entre le Japon et les états-Unis.

D'un côté, Hironobu Sakaguchi (que l'on ne présente plus) s'est occupé de l'écriture du scénario. C'est donc à lui que l'on doit l'intrigue du film. En tant que tel, il endosse le rôle de producteur et directeur. Il sera assisté dans sa tâche de direction par Motonori Sakakibara, employé de Square qui avait été en charge de la direction des cinématiques pour Final Fantasy VII et VIII tandis qu'Akio Sakai, pur produit de l'animation japonaise, ayant travaillé entre autre sur Le Tombeau des Lucioles et divers projets des Chroniques de la Guerre de Lodoss ainsi que de Street Fighter, l'assistera à la production.

Côté américain, le film se dote également de membres qui n'en sont pas à leur premier coup d'essai. En producteur, on retrouve Chris Lee, à la tête de Columbia/Tristar Pictures, tandis que Jun Aida, président de Square Pictures et Square USA ayant travaillé sur Parasite Eve 1 et 2. Sakaguchi recevra enfin l'aide d'Al Reinert, nominé régulièrement pour son travail (sur Apollo 13 par exemple) et Jeff Vintar, touche-à-tout à l'origine de I, Robot, pour l'adaptation au format cinéma « 90 minutes » traditionnel du scénario.

Sakaguchi Sakakibara Lee Aida
De gauche à droite : Sakaguchi, Sakakibara, Lee et Aida.


Cependant, cette double nationalité ne sera pas toujours positive. En effet, les différences culturelles se feront parfois sentir, tendant les relations entre les différents membres de l'équipe. L'opposition entre le monde du cinéma et le monde du jeu vidéo sera également un autre point de friction. Au final, il y aura une cinquantaine de versions pour le film (dont une impliquant la Légion étrangère Française).

Mais les plus grosses difficultés seront d'ordre technique, Square Pictures tentant là une expérience inédite.

:: Production

Le film a officiellement été commencé en 1997, sous le nom de code Gaïa. À cette époque, Final Fantasy VII sort partout dans le monde (une première pour un Final Fantasy) tandis que le développement de Final Fantasy VIII est lancé. Pour se faire une idée de la grandeur du film, il faut savoir que Final Fantasy VII a coûté en ce temps là 45 millions de dollars. Final Fantasy : Les Créatures de l'esprit, lui, commence avec un budget de 65 millions.

Il faut dire que le film compte une équipe qui ira jusqu'à 220 personnes, travaillant sur 167 PC. S'appuyant sur la technique de motion-capture, ce ne sont pas moins de 1327 scènes qui seront tournées dans les studios d'Honolulu. Ces scènes serviront par la suite de base de travail pour le film, qui sera traité image par image, avec au final 142 000 images, de 10 Mo chacune. À titre de comparaison, les images de programme télé en Haute Définition contiennent deux fois moins d'informations. Il faudra alors 960 ordinateurs pour générer les rendus des images, avec une moyenne de 90 minutes d'attente par image.
L'exemple le plus récurrent de la prouesse technique derrière ces chiffres étant bien sûr les cheveux d'Aki. On n'en compte pas moins de 60 000 à gérer pour chaque image sur laquelle Aki apparaît.

Motion capture

Au final, Square Pictures a terminé Final Fantasy : Les Créatures de l'esprit avec pas moins de 15 Teraoctets de données... On comprend alors pourquoi il aura fallu quatre ans de travail quotidien aux 220 employés du studio pour boucler le film. Malheureusement, cette débauche de technique aura un coût : le budget initalement prévu de 65 millions de dollars explosera pour atteindre les 137 millions, de quoi produire les trois Final Fantasy sur PS2.

:: Casting

Pour des raisons de facilité, le film a été doublé en premier lieu en anglais. L'incarnation vocale d'Aki Ross a été confiée par Hironobu Sakaguchi à Ming-Na Wen (connue principalement pour son doublage de Mulan et son rôle dans Urgences), estimant que cette dernière était la plus proche d'Aki en terme de caractère. Aki étant censée devenir la première actrice virtuelle à avoir sa propre carrière, Ming-Na accepta au passage de la doubler dans d'éventuelles autres productions.

D'autres acteurs américains, plus connu et très prolix, ont également participé aux doublages grâce à Jeff Vintar (l'un des producteurs) : Alec Baldwin (Beetlejuice) doubla Gray Edwards, James Woods (Virgin Suicide) entra dans la peau du Général Hein et Donald Sutherland (Space Cowboy) incarna le Docteur Sid. Du beau monde donc. Il faut dire que le projet intrigua beaucoup Hollywood qui y vit la prochaine grande évolution du cinéma. Certains virent même arriver, avec tout de même une pointe d'humour, la fin de leur carrière.

:: Casting et correspondance française

Rôle Doubleur anglais Doubleur français
Aki Ross Ming-Na Wen (+) Yumi Fujimori (+)
Gray Edwards Alec Baldwin (+) Bernard Lanneau (+)
Docteur Sid Donald Sutherland (+) Jean-Pierre Moulin (+)
Général Hein James Wood (+) Guy Chapelier (+)

Wen Baldwin Sutherland Wood
De gauche à droite : Wen, Baldwin, Sutherland et Wood

:: Conséquences d'un échec

À sa sortie, bien que les avis furent mitigés, tout le monde s'est accordé sur un point : Final Fantasy : Les Créatures de l'esprit était techniquement parfait. Aki Ross est passée du statut d'actrice virtuelle à celle d'icône, apparaissant dans de nombreux articles de magazines. La presse anglosaxonne l'a qualifié de « It girl », que l'on pourrait traduire par une « femme ayant ce petit quelque chose » qui fait craquer. Elle a d'ailleurs fait la couverture du magazine Maxim lors du top 100 des femmes les plus sexy du monde. Ce fut la première femme virtuelle à y apparaître, terminant à la 84e place.

Maxim

Malheureusement, cela n'aura pas été suffisant. Le film génèrera au cinéma environ 85 millions de dollars, suivis par 30 millions environ grâce aux ventes DVD. On reste loin cependant du coût du film, entraînant Square dans un marasme financier.
La société sera alors obligée de consolider ses activités, absorbant totalement Square Pictures. Les studios d'Honolulu seront fermés, tandis que la filiale ne s'occupera plus que de gérer les revenus des ventes DVD.

La fusion avec Enix sera également repoussée. Abordé dès 2000, le projet sera annoncé officiellement en juin 2001. Cependant, Yasuhiro Fukushima freinera des deux pieds le temps que Square encaisse le coup. La fusion aura finalement lieu en avril 2003, donnant naissance à Square Enix.





Vous devez être inscrit et connecté pour pouvoir poster un commentaire.
Cliquez ici pour vous inscrire dès maintenant !