Vous êtes ici : AccueilInformationsFinal Fantasy XIV : Dad of Light

FFXIV : Dad of Light - L'avis de Fat Chocobo

Final Fantasy XIV The Daddy of Light

Cette histoire est fondée sur une histoire vraie.

Nous sommes en 1990. Hirotaro Inaba (Ren Osugi) est un père de famille qui a des difficultés pour communiquer. Contre les jeux vidéo, il va contre toute attente proposer à son fils d’en acheter un. Aiko Inaba (Yudai Chiba) va choisir un jeu qui va changer sa vie et celle de son père : Final Fantasy III. Mais un jour, Hirotaro a une promotion et la relation entre le père et le fils va se dégrader jusqu’à ne plus se parler.

2015. Hirotaro, 60 ans, démissionne de son travail, à la surprise de tous alors qu’il était promis au poste de PDG. Akio veut en savoir plus et recréer des liens avec son père, qu’il ne connait pas aussi bien qu’il le souhaiterait, par le biais d’un jeu vidéo. Pour cela, il décide de lui offrir une PlayStation 4 et Final Fantasy XIV: A Realm Reborn comme cadeau de retraite. Avec l’aide de sa compagnie libre et de ses amis, Akio espère utiliser Maidy, son avatar, pour connaître les raisons de sa démission et découvrir les autres facettes de sa personnalité sans dévoiler sa véritable identité.

C’est sur cette idée que commence le drama japonais de huit épisodes où nous serons témoins de la vie de famille des Inaba mais également de la vie d’un jeune salaryman qui tente de faire ses preuves. On rigole de bon cœur face à l’humour naïf, innocent mais sincère et on sourit l’air de rien à découvrir la vie à la japonaise sur fond de jeu vidéo en tant que médiateur. Les anecdotes dont nous sommes témoins ne font qu’appuyer ce constat, notamment sur l’âge avancé de Hirotaro et un autre événement où nous comprenons clairement ce qui se trame derrière cette démission.

Le drama utilise intelligemment les musiques du jeu, qui s’accorde très bien à la situation. La transition entre la vie réelle et le MMORPG est également transparente et bien utilisée. C’est original et audacieux. Si vous avez joué au MMORPG de Square Enix depuis ses débuts en 2013, vous serez pris de nostalgie. Qui ne se souvient pas d’avoir autant galérer contre les boss et à comprendre les mécaniques ? Si on devait décrire le drama en quelques mots, alors Dad of Light est une série terriblement humaine avec une réelle leçon de vie : le surpassement de soi. Cela fait un peu cliché sur les bords mais la recette fonctionne et c’est authentique.

On peut noter quelques incohérences pour les besoins du scénario et beaucoup d’exagération. C’est un style totalement japonais qui peut rebuter le téléspectateur qui n’est pas habitué à ce type de série. Si vous êtes un habitué des dramas japonais ou coréens (séries TV asiatiques), vous vous retrouverez en terrain connu. Dad of Light n’est pas une série sur le jeu hardcore de Final Fantasy XIV mais comment un jeu vidéo peut vous aider à vous rétablir et à créer de belles histoires. Grâce à Eorzéa, votre vie a peut-être changé. Que vous ayez rencontré l’amour de votre vie, votre meilleur ami, votre nouvelle famille, Final Fantasy XIV vous a fait vivre de nombreuses émotions mais surtout du bonheur. En ces temps moroses, c’est un grand bol d’air frais de voir autant d’optimisme. D’ailleurs, vous pouvez remplacer Final Fantasy XIV par un autre MMO, la formule aurait fonctionné, mais l’impact un peu moins. On aurait aimé avoir un autre format pour la série comme, par exemple, une série de 11 épisodes avec une durée plus longue mais Dad of Light est un renzoku et assume clairement son format (drama au Japon, composé de 8 à 13 épisodes maximum avec une seule saison) .

C’est l’histoire d’un lien destiné à se développer. Il n’y a pas d’âge pour commencer un jeu vidéo, ni pour être un Guerrier de la Lumière car vous êtes déjà l’élu. Final Fantasy XIV, un jeu Totalement Final Fantasy et son drama Dad of Light est disponible dès maintenant sur Netflix.

Eorzéa, un refuge pour le cœur.





Vous devez être inscrit et connecté pour pouvoir poster un commentaire.
Cliquez ici pour vous inscrire dès maintenant !