Vous êtes ici : AccueilInformationsFinal Fantasy XIV : Dad of LightFFXIV : Dad of Light - L'avis de Pampino33

Final Fantasy XIV The Daddy of Light

Voilà une série plus qu’originale dans le cadre de Final Fantasy, voire de Square Enix. La série ne se sert du jeu Final Fantasy XIV uniquement comme outil. Il s’agit d’un prétexte pour l’évolution du scénario et des personnages. Le second MMORPG de Square Enix est au final bien peu présent dans cette histoire.

En parlant d’histoire, il se trouve qu’elle est très bien écrite et très touchante. S’il faut évidemment apprécier les séries japonaises et tout ce que ça implique, il est difficile de rester totalement indifférent aux personnages et à leur histoire. Je connaissais déjà Yudai Chiba, dans le rôle d’Akio, pour avoir joué le personnage d’Alata dans Tensou Sentai Goseiger (oui je regarde les super-héros en tenues moulantes et alors ?) ; et le choix me convient parfaitement. L’acteur sait parfaitement transmettre les émotions et dégage une espèce de naïveté et de sincérité qui fait qu’on ne peut que s’accrocher à lui. Quant à Ren Osugi, qui incarne Hirotaro le père d’Akio, il est parfait dans le rôle du soixantenaire japonais qui vient tout juste de passer à la retraite. Le reste du casting est également juste mais trop peu présent pour réellement en parler.

La série traite d’un sujet bien loin de ce qu’on l’attend d’une œuvre arborant les « Final Fantasy » dans son titre. Il s’agit avant tout de résoudre un problème courant au sein des familles nippones : le choc des générations. Ici Hirotaro incarne parfaitement l’ancien businessman qui a littéralement placé son travail avant sa famille. Il le dira lui-même d’ailleurs, lorsqu’il a perdu son travail, il a tout perdu. Totalement contre les jeux-vidéo, il représente les valeurs traditionnelles qu’Akio a du mal à comprendre. Akio lui est un jeune commercial qui a encore du mal à trouver sa place dans son entreprise. Il est maladroit, tête en l’air et doit faire face à des situations que ses collègues plus expérimentés trouvent normales. Cependant en rentrant chez lui, il inverse sa position professionnelle de « bleu » avec celle d’expert dans Final Fantasy XIV. Cela lui permet de souffler et de trouver un équilibre dans sa vie.

Dans « Dad of Light », père et fils vont apprendre l’un de l’autre et évoluer en conséquence. Si au départ c’est Akio qui menait la danse en Eorzea en apprenant les bases du jeu à son père, on voit bien vite que l’expérience d’Hirotaro dans la vie réelle va également servir à motiver Akio et lui donner le courage de faire face à certaines situations dans sa vie professionnelle. C’est en ce sens que le jeu n’est qu’un outil de communication. Il ne sert qu’à communiquer aux deux personnages principaux et trouver des solutions à leurs problèmes respectifs. Square Enix aurait pu prendre Final Fantasy XI ou même Dragon Quest X que l’effet aurait été le même.

Bien évidemment, Final Fantasy XIV a quand même un beau rôle dans cette série. Il est présenté ici comme une solution aux problèmes, mais sert également de bande originale aux épisodes. Beaucoup de musiques et de sons sont repris de manière intelligente, comme le son d’acceptation et de résolution de quête dans l’épisode 2. De plus, une partie de la série est faite de scènes prises directement dans le jeu, ce qui offre une meilleure immersion (quitte à faire parler les personnages contrairement à ce que peut faire le jeu). Il y a également un très beau parallèle entre l’évolution de la relation Akio/Hirotaro et l’évolution de l’aventure d’Indy Jones (l’avatar d’Hirotaro). Plus Indy Jones devient fort dans le jeu, plus Hirotaro se sent prêt à se battre contre la maladie ; de même plus Maidy (l’avatar d’Akio) apprend de son enseignement et de l’expérience d’Indy Jones, plus Akio prend confiance en lui et arrive à se surpasser.

« Final Fantasy XIV - Dad of Light » est une série profondément sincère et émouvante. Il n’est pas nécessaire de connaître ou même d’avoir joué au jeu pour pouvoir apprécier cette série vu qu’il passe au second plan et que ce drama s’adresse au plus grand nombre avec ses thèmes totalement universels. Combien de joueurs ont rencontrés des amis voire l’amour à travers des jeux en ligne ? Combien de ces joueurs ont trouvé des solutions à travers des situations vécues ou de discussions ? Et Square Enix s’offre même le luxe de laisser une porte ouverte pour une éventuelle saison 2 avec son épisode 8 qui parle d’un sujet nouveau avec de nouveaux personnages. Bref foncez, il s’agit d’une série qui vaut le coup.





Vous devez être inscrit et connecté pour pouvoir poster un commentaire.
Cliquez ici pour vous inscrire dès maintenant !