Vous êtes ici : AccueilFinal Fantasy Explorers

Cet article est en attente


Introduction

Final Fantasy Explorers

En plus d’être le premier Final Fantasy majeur à voir le jour sur Nintendo 3DS, Final Fantasy Explorers (FFEX dans un autre jargon) est surtout un jeu orienté action-RPG coopératif avec à la tête du projet, Atshushi Hashimoto, aussi réalisateur de Project SETSUNA.

En premier lieu présenté comme une version allégée des MMORPG Final Fantasy, le jeu tend à se constituer comme un mélange de plusieurs licences parmi lesquelles Monster Hunter et Phantasy Star Online. Il allie à la fois chasse aux monstres, synthèses d’équipements et exploration, le tout surmonté d’un mode de jeu multijoueur local et en ligne. Bien que ce mélange soit aux premiers abords subtil et léger, il révèle néanmoins assez vite ses limites après plusieurs heures de jeu.

Premier grand hommage à la série Final Fantasy, le scénario s’ancre dans le leitmotiv du cristal. En effet, l’histoire prend place sur l’île d’Amostra où les cristaux sont des entités divines qui créent la vie et régissent l’ordre naturel des choses. C’est en quelque sorte un Eden vide de toute présence humaine, où règnent les monstres et les gardiens des cristaux. Les humains découvrent cette source d’énergie au potentiel inimaginable et l’utilisent pour leur propre intérêt de conquête et d’évolution. Seulement, à force d’exploitation abusive, la source de pouvoir cristalline diminue de plus en plus rapidement. La seule solution s’offrant aux humains est de réussir à ouvrir le chemin menant jusqu’au grand cristal d’Amostra pour empêcher l’épuisement des autres cristaux afin de continuer à prospérer. Vous êtes alors un explorateur tout nouvellement arrivé sur l’île avide d’aventures et bien décidé à percer ses mystères tout en atteignant le grand cristal.

Par la suite, le jeu s’ouvre sur une séquence où l’on fait face à un ennemi bien connu de la série, Bahamut. Le rapport de force à ce stade frôlant la nullité, vous devez fuir jusqu’à la base humaine installée en Amostra. C’est ici que votre quête commence.

Final Fantasy Explorers
Final Fantasy Explorers

Le premier élément notable de Final Fantasy Explorers, c’est justement le rapport du jeu avec le système des quêtes. Dignement inspirées par la saga Monster-Hunter, ces dernières posent le rythme dès le début du jeu. Il vous faudra en effet accepter une quête, l’accomplir, retourner au camp, la valider puis recommencer.

Final Fantasy Explorers

Les quêtes vous sont proposées en grande quantité : elles guideront votre exploration mais aussi l’avancée du scénario. Elles peuvent être de plusieurs natures :
- Exploration : il vous faudra simplement vous rendre à un lieu-dit ;
- Traques, sur des cibles pouvant être uniques ou multiples. C’est dans ce type de quête que vous pourrez affronter des Eidolons (ou Invocations).
- Récoltes, où il sera ici question de trouver un nombre dit de matériaux.

A cela, s’ajoutent des sous-quêtes aux objectifs divers et variés qui vous permettront de gagner des PC et des gils, ainsi que des matériaux de synthèse.

Final Fantasy Explorers
Final Fantasy Explorers

Bien évidemment, le scénario est très effacé par ce rapport à la quête omniprésente, le jeu étant avant tout pensé pour être un jeu multijoueur (à titre indicatif, près du double des quêtes déjà présentes sont disponibles après avoir terminé la trame scénaristique).

Trois modes de jeu sont alors disponibles : - Le jeu en ligne, où vous pourrez jouer avec vos amis mais aussi rejoindre des groupes de joueurs du monde entier ;
- Le jeu en local, où vous pourrez jouer avec vos amis jusqu’à quatre joueurs ;
- Le jeu en solo si vous vous sentez l’âme d’un aventurier solitaire et sans peur.

Cette multiplicité de modes de jeu est très intéressante notamment pour le multijoueur qui est, somme toute, un des aspects les plus ludiques de ce dernier. Le but est simple, un joueur prend une quête, l’autre l’accepte et les deux personnes s’en vont l’accomplir. Si en revanche vous préférez le solo, la difficulté de certaines missions étant très importante, vous pouvez ajouter à votre équipe des monstres que vous aurez au préalable affrontés.

Final Fantasy Explorers

En effet, à l’instar de votre ami le chat dans Monster Hunter, vous pourrez ici capturer l’âme de certains monstres pour les matérialiser par la suite, moyennant quelques gils, afin que ces derniers viennent vous prêter main forte pendant les gros combats où votre solitude risquerait de vous faire laisser des plumes. A ce juste titre, le bestiaire du jeu est relativement important en terme quantitatif. Beaucoup d’espèces très connues dans la saga Final Fantasy font leur apparition : les Tomberry, les Pampa, les Flan… L’accent est clairement mis sur un certain fan-service.

Final Fantasy Explorers
Final Fantasy Explorers

Mais en plus des très nombreuses références au niveau des monstres, il vous sera possible d’affronter des figures emblématiques de la licence, comme par exemple Shiva, Odin, Ramuh, Gilgamesh… Mais également de vous transformer, par le biais d’invocations dites « Magilithes », en un grand nombre de héros des anciens opus Final Fantasy, comme Cloud, Terra, Yuna et Lightning pour ne citer qu’eux. De plus, de nombreuses références sont faites dans les armes et les équipements qu’il vous sera possible d’obtenir par la synthèse. Vous pourrez par exemple vous équiper de la tenue de la classe Zéro (Final Fantasy Type-0) ou de l’Epée Broyeuse de Cloud.

Final Fantasy Explorers
Final Fantasy Explorers

Ce même système de synthèse, très librement repris encore une fois de la licence Monster Hunter vous permettra de créer votre équipement et d’en personnaliser les statistiques par le biais des ressources et matériaux que vous pourrez obtenir sur certains monstres (ou par le biais de quêtes pour les plus rares). Il y a ainsi un système relativement intéressant de personnalisation de son personnage : deux joueurs avec le même équipement n’auront pas forcément les mêmes statistiques, ce qui vient compléter le système de classe que propose le jeu.

En effet, et c’est peut- être là l’élément central qui fait la force de Final Fantasy Explorers, le jeu vous propose jusqu’à 21 classes différentes en passant par les plus connues comme Mage noir, Mage blanc, Guerrier à celles plus en retrait comme le Géomancien, le Chrono-Mage, le Mage Bleu…

Final Fantasy Explorers
Final Fantasy Explorers

Bien évidemment, chaque classe possède son style de jeu et des armes qui lui sont propres. Là où le Ninja maniera les dagues, le Sage manipulera les tomes. Il subsiste néanmoins une volonté de pousser la personnalisation en proposant des sorts cross-classes. Ainsi, un Mage Blanc pourra utiliser des sorts de Mage Noir et de Chrono-mage, ou un Alchimiste pourra utiliser des compétences d’Ingénieur avec des compétences de Mage Blanc. A ce juste titre, les différentes capacités qu’il est possible de maitriser ne sont pas disponibles dès le début, de même que certaines classes. Il vous faudra les débloquer en progressant dans la quête principale et les acheter, moyennant 500 à 3 000 PC pour les compétences les plus puissantes. Aussi, chaque job a bien évidemment sa spécialité. Alors que le Mage Noir possède beaucoup moins de puissance curative que le Mage Blanc, ce dernier sera plus faible en magie offensive alors que le Sage, lui, maitrisera les sorts les plus puissants des deux classes. Il y a donc un très fort potentiel au niveau de la personnalisation de son personnage et les classes hybrides sont relativement intéressantes. De plus, les différents sorts sont personnalisables pour définir quel flux cristallin vous pourrez utiliser par la suite.

Voici un schéma exemple pour illustrer ces propos :

Final Fantasy Explorers

En ce qui concerne ces fameux flux cristallins, ce sont en quelque sorte des limit break qui vous permettront à la fois de buff vos personnages mais également d’affaiblir plus vite les ennemis. Le jeu en compte énormément qui viennent s’ajouter à ce contexte de personnalisation de personnage. Vous n’aurez pour ainsi dire quasiment jamais le même flux cristallin que votre coéquipier.

Final Fantasy Explorers

En ce qui concerne les musiques, le compositeur du jeu n’est autre que Tsuyoshi Sekito, aussi connu comme guitariste du groupe The Black Mages et pour ses travaux sur Final Fantasy III, Advent Children et The Last Remnant. Vis-à-vis de Final Fantasy Explorers, on pourrait reprocher une OST trop en retrait et des thèmes qui ne marquent pas le joueur. Ce qui est quelque peu dommage dans le sens ou Sekito nous propose un travail très réussi mais mal exploité par le jeu.

Crossover indéniable entre Final Fantasy et Monster Hunter sur la forme, c’est sur le fond que Final Fantasy Explorers tente de trouver un juste milieu entre les deux licences. Avec de nombreuses innovations au niveau du gameplay mais un scénario quasiment absent au profit du mode multijoueur, Final Fantasy Explorers n’en reste pas moins un bon jeu 3DS qui perd néanmoins un peu d’intérêt de par son concept très répétitif et sa simplicité parfois poussée à l’extrême.

Dates de sortie
Japon 18/12/2014
États-Unis 26/01/2016
France 29/01/2016




Vous devez être inscrit et connecté pour pouvoir poster un commentaire.
Cliquez ici pour vous inscrire dès maintenant !