Vous êtes ici : AccueilInformationsCompilation of Final Fantasy VII

Présentation générale

Compilation of Final Fantasy VII

Final Fantasy VII. La légende, le mythe. Encore et toujours considéré comme étant l’un des, sinon LE, meilleurs RPG japonais de l’histoire vidéoludique, ce septième opus continue aujourd’hui de déchaîner les passions. La principale réussite commerciale de la série, s’échelonnant à presque 10 millions d’unités vendues, s’inscrit désormais plus que durablement au sein des principaux pères fondateurs des jeux de rôle et du média jeu vidéo dans son ensemble.

Après un premier essai de suite directe en 2003 avec Final Fantasy X-2, un fait jusqu’alors totalement inédit dans la franchise, la nouvellement fusionnée Square Enix décida d’enrichir l’histoire et l’univers de sa poule aux œufs d’or, la septième itération de sa saga fétiche. C’est ainsi qu’au fil des années naquirent de nouveaux projets marqués du sceau « Final Fantasy VII » et exploités sous bon nombre de formats différents, films en images de synthèse, animés, nouvelles et bien évidemment jeux vidéo.
Il est à présent plus que temps d’entrer de plein pied dans le vif du sujet et rappeler les origines de toute cette Compilation.

Compilation of Final Fantasy VII
Compilation of Final Fantasy VII

:: Final Fantasy VII, l’enfant prodigue

Celui par lequel tout commença. Galvanisé à l’époque par les critiques dithyrambiques sur son sixième épisode, Squaresoft s’attaqua au projet du septième opus très tôt, dès 1994. Il apparaît désormais de notoriété publique que la gestation fut douloureuse et ce n’est pas peu de le dire. Entre les nombreux scénarii envisagés et modifiés, le changement de support physique entraînant concomitamment celui de la console d’accueil du jeu ou encore le passage de la 2D à la 3D, les problèmes à surmonter pour l’équipe de développement furent légion.
Fort heureusement, les 45 millions de dollars investis (un record pour l’époque !) permirent au jeu de finalement remplir les étals nippons en janvier 1997. Il est à noter que cet opus représente ni plus ni moins que le premier de la série à atteindre l’Europe. Sa sortie internationale connut à ce titre un accouchement rapide, soit à peine six mois après celle japonaise, entraînant par la même occasion le succès incroyable qu’on lui connaît.

Intrigue passionnante et complexe, univers crédible et sombre, thématiques matures, visuel époustouflant… Les critiques positives pleuvent et Final Fantasy VII devient rapidement le fleuron de l’industrie nippone en matière de jeux de rôle en 3D sur consoles de jeux. Si plus de quinze ans après ses graphismes semblent venir d’un autre âge, force est de constater néanmoins qu’il reste inattaquable sur bien des points. Citons un gameplay fin, précis et stratégique magnifié par l’incroyable système des Matérias, un propos global très adulte, ramifié et mystique, des personnages charismatiques voire iconiques (il suffit de constater la popularité de Cloud, Vincent ou Sephiroth pour s’en convaincre) ou encore des musiques totalement enivrantes et ô combien cultes. Shinra Corporation, Midgar, Rivière de la Vie, Cratère Nord, Armes et autres JENOVA : autant de notions qui conservent un charme indélébile dans la mémoire des joueurs.
Le mythe de Final Fantasy VII était à présent lancé, corroboré par la clameur populaire à son sujet. C’est seulement quelques années plus tard qu’il fut à nouveau question de ressortir les Matérias du placard…

Compilation of Final Fantasy VII
Compilation of Final Fantasy VII

:: Compilation of Final Fantasy VII, kézako ?

Avant de s’enquérir du cas de chaque élément constitutif de la Compilation, focalisons-nous un instant sur ce qu'est réellement cette dernière. Si la dénomination en elle-même n’a jamais été véritablement déposée, elle demeure malgré tout une bonne appellation. À partir du canevas que représentait le jeu originel se greffèrent de nouveaux éléments scénaristiques et historiques, reliés entre eux et formant un tout, une entité narrative et un background global. Mais la Compilation résulte surtout d’une histoire d’hommes et celle d’un trio en particulier, Tetsuya Nomura (character designer, scénariste et chef de projet), Yoshinori Kitase (directeur puis producteur) et Kazushige Nojima (scénariste). Viennent s’ajouter à eux Hironobu Sakaguchi (producteur de Final Fantasy VII), Nobuo Uematsu (compositeur sur Final Fantasy VII et Advent Children), Hajime Tabata (directeur sur Before Crisis et Crisis Core) et Takeharu Ishimoto (compositeur sur Before Crisis et Crisis Core). La Compilation of Final Fantasy VII véhicule leurs ambitions ainsi que leur travail, avant toute autre chose.

D’aucuns affirment sans détours que cette Compilation n’a pas lieu d’être et que le jeu se suffit amplement à lui-même. Quand bien même il n’est pas anormal de souscrire à cette opinion, force est de constater que l’ensemble de la Compilation s’insère somme toute fort correctement dans l’équilibre global commencé avec Final Fantasy VII premier du nom. Certaines scènes et passages iconiques se retrouvent parfois certes remaniés (en premier lieu l’Incident de Nibelheim, dépeint pas moins de quatre fois différentes dans l’ensemble des œuvres) et la cohérence se voit également malmenée par l’apparition de nouveaux personnages et situations.
Concentrons-nous désormais sur chaque itération estampillée Final Fantasy VII.

Compilation of Final Fantasy VII
Compilation of Final Fantasy VII

 :: Before Crisis, l’éternel espéré

Final Fantasy VII

Le premier item à intégrer la Compilation n’est probablement pas le plus connu, loin s’en faut, puisqu’il n’a pour l’heure jamais quitté le pays du Soleil Levant. Démarré le 24 septembre 2004 et terminé le 1er avril 2006, ce jeu vidéo développé pour certains téléphones portables japonais uniquement, (nommément les NTT DoCoMo FOMA 900i Series, Softbank Yahoo! Mobile phones et AU EZweb phones) en format épisodique, situe ses évènements durant les six ans qui précèdent l’histoire de Final Fantasy VII. Intitulé Before Crisis –Final Fantasy VII-, il constitue la première préquelle instaurée dans la Compilation.

Concrètement, ce jeu nous place aux commandes de 11 membres des Turks, l’agence d’investigation spéciale de la Shinra Corporation, dans sa lutte contre le groupe terroriste AVALANCHE. Les nombreuses péripéties du scénario amènent le joueur à rencontrer bon nombre de personnages issus de Final Fantasy VII, exploitant par la même occasion leur passé.
Cet action-RPG n’ayant malheureusement jamais franchi l’océan pacifique, il est somme toute difficile d’en écrire véritablement plus. Les diverses explications sur son scénario chantent allègrement les louanges de ce dernier ainsi que ses multiples connexions avec le premier Final Fantasy VII, notamment au niveau du background des personnages, la Shinra et AVALANCHE en tête. Ne perdons malgré tout pas espoir de le voir un jour arriver en Occident, une possibilité fut en effet évoquée par Hajime Tabata en 2010 concernant un portage du jeu sur Nintendo 3DS. Les joueurs l’attendent de pied ferme…

Compilation of Final Fantasy VII
Compilation of Final Fantasy VII

:: Advent Children, la renaissance numérique


Après le malheureux insuccès commercial et critique du film Final Fantasy : The Spirits Within de 2001, il semblait relativement évident que jamais plus Square Enix ne se risquerait à la bien difficile pratique du cinéma. Eh bien que nenni, mes amis. Le trio magique Nomura, Kitase et Nojima se lance à corps perdu dans la réalisation d’un nouveau film, et ce dès la fusion de Squaresoft et Enix actée, en 2003. Deux ans plus tard, échoit dans toutes les vidéothèques nippones Final Fantasy VII : Advent Children, en date du 14 septembre 2005 (avril 2006 pour la sortie occidentale).
L’histoire, située deux ans après les évènements narrés dans le jeu d’origine, s’attarde essentiellement sur l’évolution du monde après la chute du Météore ainsi que sur les tribulations d’un trio recherchant leur « Mère »... Véritable concentré d’action et vitrine technologique hallucinante, ce déluge de belles images d’une heure et demi réalisa de bien beaux chiffres de vente, corroborés par une critique généralement conquise. Malgré les combats débridés (les personnages semblent littéralement voler !) et l’histoire quelque peu simpliste et difficile à appréhender dans son ensemble, le succès fut donc au rendez-vous pour cette première suite.

Le 16 avril 2009, une seconde version du film vit le jour au Japon en Blu-ray. Baptisée Advent Children Complete, cette dernière propose une extension d’une demi-heure avec nombre de nouvelles scènes, tant de combats que de dialogues, explicitant beaucoup plus précisément l’intrigue ainsi que certains développements annexes. L’image se voit également affinée, son grain plus accentué et elle fourmille d’encore plus de détails qu’auparavant. À ce titre, le sang, totalement absent du premier long métrage, a même été ajouté pour l’occasion.
Ajoutons qu’en parallèle du premier Advent Children, en 2005, un OAV animé fut réalisé par le studio MAD HOUSE (créateur en autres des séries Card Captor Sakura, Death Note ou Monster). Durant ces 25 minutes, l’action se concentre dans un premier temps autour de l’Incident de Nibelheim puis dans une seconde partie sur la fuite de Zack et Cloud après leur interminable emprisonnement dans les tréfonds du Manoir Shinra de Nibelheim.

Compilation of Final Fantasy VII
Compilation of Final Fantasy VII

:: Dirge of Cerberus, Vincent et les affres de son passé

Vincent Valentine, personnage pourtant optionnel de Final Fantasy VII, a vu au fil des années sa popularité atteindre des sommets. Mystérieux, énigmatique et sombre, le personnage possède en effet tous les atouts pour plaire. Dirge of Cerberus fut imaginé dans cette optique, afin de valoriser le personnage et son passé torturé tout en exposant la situation du monde un an après Advent Children. Concrètement, l’intrigue poussera Vincent à affronter les anciens petits secrets de la Shinra, ici matérialisés par un groupe spécial du SOLDAT connu sous le nom de DeepGround. Avec l’aide de ses anciens camarades de combat et notamment de Reeve, il va raviver ses souvenirs et permettre au joueur d’enfin connaître son histoire ainsi que les tenants et aboutissants de ses relation avec les scientifiques Lucrécia et Hojo.

Changement radical de voie pour le gameplay de cet opus. Ici, nous sommes en présence d’un jeu de shoot à la troisième personne. Mus par l’envie de conserver les racines du nom dont il est affublé, l’équipe de production a quand même réussi à insérer quelques éléments de RPG, avec notamment la gestion des Matérias à positionner sur les armes du beau brun. Néanmoins, la jouabilité souvent approximative, la répétitivité des décors ainsi que la pauvreté globale du level design n’aident pas Dirge of Cerberus à se hisser à la hauteur de la gloire que son suffixe laissait pourtant présager. Reste heureusement une histoire intéressante, une ambiance sombre, un background approfondi et complexe pour le personnage de Vincent ainsi que des séquences cinématiques de toutes beautés, avec la même réalisation que celle d’Advent Children. Et l’on s’en contentera !

Compilation of Final Fantasy VII
Compilation of Final Fantasy VII

:: Crisis Core, On that Day, Five Years Ago…

Évoquer Crisis Core provoque immanquablement chez les amoureux de Final Fantasy VII un fort sentiment de malaise, une vraie tragédie homérique. Une fin que tout le monde connaît et que pourtant personne ne voudrait jamais voir. C’est tout sauf une coïncidence si, pour à nouveau étendre la Compilation, Nomura et ses comparses choisirent enfin de narrer l’histoire de Zack. De l’aveu même de Yoshinori Kitase, tout ce segment du scénario existait depuis déjà dix ans.
Finalement, c’est le 13 septembre 2007, et presqu’un an plus tard en Occident, que le jeu voit le jour, sur la PlayStation Portable de Sony, la PSP, dans le but presque avoué de promouvoir, au passage, cette console auprès des amateurs de la saga. Au travers des dix chapitres principaux, l’intrigue de Crisis Core nous renvoie sept ans avant le début de l’aventure de Cloud et se focalise donc uniquement sur le personnage de Zack. L’entièreté de l’action se situe selon son point de vue et le place, ainsi que le joueur, en plein cœur d’un conflit interne à la Shinra et au fameux groupe du SOLDAT.
Bringuebalé sur tous les recoins du monde et sommé d’affronter la menace grandissante du mystérieux Genesis Rhapsodos, la vie de Zack sera véritablement le théâtre d’évènements majeurs (avec notamment la plus complète et magnifique des itérations de l’Incident de Nibelheim) jusqu’à aboutir sur sa terrible destinée. Crisis Core nous expose un récit tragique et poignante où se mêlent amour, fraternité et sens de l’honneur, le tout mâtiné de nombreuses références à l’opus originel.

Concernant le gameplay, le jeu n’est pas non plus en reste. Sous un écrin subtil de jeu de rôle traditionnel avec équipements et gestion très évoluée des Matérias, que le joueur peut désormais fusionner entre elles, le système de combat de ce pur Action-RPG se veut violent et rapide à souhaits. Nerveux et centré autour de l’esquive, parade et le coup porté au bon moment, c’est un vrai régal que de contrôler Zack et le faire s’époumoner. Un gros bémol toutefois concerne le système de missions, qui correspond à près de la moitié du temps passé en jeu. Ce dernier est très rébarbatif et subit également un level design claustrophobe, sans doute lié au support pas suffisamment puissant, même si pourtant bien adapté au concept des missions à la chaîne.

Compilation of Final Fantasy VII
Compilation of Final Fantasy VII

:: On the Way to a Smile et autres Nouvelles, si Final Fantasy VII m’était conté

Final Fantasy VII

En plus d’être un excellent scénariste, Kazushige Nojima sait également écrire avec légèreté et finesse. Il le prouva avec On the Way to a Smile. Ce recueil de sept nouvelles (tiens, quel hasard) se focalise sur les tribulations et pensées de certains personnages, dans une ligne de temps située entre la chute du Météore et le début d’Advent Children. Citons pêle-mêle les Cases of Denzel, Tifa, Barret, Yuffie, Nanaki, Shinra (Rufus et les Turks) et Lifestream (Aerith et Sephiroth, en son sein). Un OAV animé fut également développé en parallèle de la production d’Advent Children Complete et adapte le Case of Denzel. Il s’agit d’un véritable témoignage sur l’ambiance qui régnait à Midgar avant, pendant et après la chute du Météore.

Deux autres écrits se rapportent à l’univers de Final Fantasy VII. Le premier, Hoshi wo Meguru Otome, littéralement La fille qui voyage à travers la Planète, relate des évènements survenus dans la Lifestream (la Rivière de la Vie) du point de vue d’Aerith, une fois cette dernière l’ayant rejoint et ce jusqu’à la chute du Météore.
La dernière nouvelle s’intitule Final Fantasy VII Lateral Biography Turks -The Kids Are Alright- et narre l’aventure d’Evan Townshend, un détective privé vivant à Edge (la ville ayant émergé à partir des ruines de Midgar). Le récit nous expose ses relations avec les Turks et d’autres employés de la Shinra Corporation, dans un contexte pré-Advent Children imminent.

Compilation of Final Fantasy VII
Compilation of Final Fantasy VII

 :: Lost Episode et Snowboarding, les petites cerises sur le gâteau

Final Fantasy VII

Achevons cette exhaustive présentation par deux petits jeux annexes, sortis encore une fois uniquement sur téléphones portables, définitivement une marotte chez l’éditeur nippon. Le premier, Dirge of Cerberus Lost Episode -Final Fantasy VII-, n’est ni plus ni moins qu’une déclinaison de son éponyme sorti sur PlayStation 2 et plus précisément un épisode (perdu, donc) prenant place durant les péripéties de Vincent Valentine. Il fut proposé en téléchargement le 18 août 2006 sur l’archipel nippon et quatre jours plus tard en Amérique du Nord.

Le second jeu, très étonnant, représente également la déclinaison d’un élément déjà connu précédemment dans la Compilation. Son intitulé évocateur, Final Fantasy VII : Snowboarding, explicite clairement un remake du fameux jeu de Snowboard hérité de Final Fantasy VII, concrètement toujours aussi fun et injouable que son illustre aîné. Une fois n’est pas coutume, le jeu eut échéance d’abord en Amérique du Nord, le 8 avril 2005, puis au Japon, en novembre 2008 seulement.

Compilation of Final Fantasy VII
Compilation of Final Fantasy VII

:: Quid de la suite, désormais ?

Final Fantasy VII

Bien malin qui pourrait aujourd’hui deviner ce que nous réserve l’avenir à propos de la Compilation of Final Fantasy VII. Il apparaît clair que la fin de Dirge of Cerberus, dernière itération chronologique ouvre le champ des possibles quant à la probabilité d’une suite. Néanmoins, la vraie question concerne bien entendu le très célèbre Remake HD du Final Fantasy VII historique. Entre rêve pieu et farouche refus, les réactions semblent pour le moins diverses chez les joueurs. Square Enix n’a jusqu’alors jamais officiellement communiqué sur le sujet, laissant le soin à ses personnalités de proue d’émettre leur avis, souvent très timoré. Notons que mis à part une vidéo de démonstration technique pour la PlayStation 3 présentée au salon E3 2005, jamais aucune réelle information, image ou quoi que ce soit de tangible ne fut exposé à ce sujet. Le débat reste à ce jour ouvert et largement irrigué, pour encore bien longtemps sans aucun doute…

Vous connaissez désormais mieux les différentes composantes de la Compilation of Final Fantasy VII. Une chose reste certaine vis-à-vis de cette grande épopée. Qu’on l’apprécie ou non, elle nous fait depuis plus de quinze ans vivre des moments incroyables et réussit encore aujourd’hui à rallier une multitude autour d’un même esprit commun. Et quoi que l’on en dise, cela demeure une sacrée prouesse. Et si c’était cela, finalement, le miracle de Final Fantasy VII ? Après tout, n’oubliez jamais que tous les 7 portent bonheur…







par ange du silence le 27.09.2013 à 01:01

c'est officiel , l'écriture est une seconde nature chez toi Darki ! L'esprit est fidèle , le rendu est complet et clair . Un fin dosage d'élégance et d’efficacité qui met habilement en avant la poésie de l'univers de FF VII . Voila pourquoi je laisse ici un grand merci et tire ma révérence avec un chapeau bas .

par ff fanatics le 17.09.2013 à 13:29

Quelle magnifique résumé de cette belle compilation mon Darki ! (Oui, honteusement je viens seulement de la lire en entière xD) Tu dépeins parfaitement et avec un talent fou l'importance de chaque épisodes de cette compilation et à quel point l'univers de FFVII est incroyable et passionant ! (vivement la suite et fin) Bravo et merci Darkiki, cet article est incroyable surtout quand on sait le peu de temps que tu as eu pour le réaliser, tu roxx :3





Vous devez être inscrit et connecté pour pouvoir poster un commentaire.
Cliquez ici pour vous inscrire dès maintenant !