Vous êtes ici : AccueilInformationsDragon Quest: Your Story

Préface

Avant de commencer, je pense qu’il est nécessaire de préciser que je ne suis pas un très grand connaisseur de la série de Yuji Horii. Bien qu’ayant récemment terminé Dragon Quest XI, et même si j’ai également pris la liberté de me renseigner sur le jeu dont le film est tiré, c’est donc en total profane que j’écris cette critique du film.

Entre héritage et nouveautés

Après plusieurs films à l’ambition faramineuse sur la série phare de Square, il était plus que temps que la pupille d’Enix s’y mette également. Et comme la coutume l’exige, Dragon Quest sait, et doit, se différencier de Final Fantasy. Ici, nulle œuvre originale mais une adaptation d’un jeu déjà existant : Dragon Quest V : La Fiancée Céleste.

Si la série Dragon Quest est connue et reconnue pour son éternel classicisme, ce n’est certainement pas le cas de Your Story. Pour la première fois depuis longtemps, ce n’est pas Akira Toriyama qui s’est occupé du chara design mais Makoto Hanafusa. Malgré le changement de design et de style, les personnages et monstres sont parfaitement reconnaissables. Et on va se l’avouer, cela fait un bien fou de voir de la nouveauté là où Toriyama peine à se renouveler ! Peut-être une piste à explorer pour l’avenir de cette saga d’anthologie. Le film possède malgré tout un aspect cartoon qui fait qu’on ne s’éloigne pas tant que ça de la direction artistique générale de la série. Le long-métrage dispose d’ailleurs de nombreux décors qui sont tous très beaux à voir avec un travail de la lumière qui les met vraiment en valeur.

Evidemment, qui dit adaptation dit fan service, ce qui est le cas avec la bande son. On retrouve à de nombreuses reprises les thèmes célèbres , le tout également accompagné des sons mémorables de la série. De son côté, le doublage japonais est comme d’habitude très bon, avec le célèbre Takeru Satoh (Kamen Rider Den-o, Kenshin le Vagabond) en figure de proue pour incarner le héros Luca. Et pour les spectateurs qui ne sont pas friands du fameux “jeu d’acteur nippon”, sachez que la version française est également d’excellente facture.

This is your story...

La technique, c’est bien, mais le point le plus important dans une adaptation reste la fidélité à l’œuvre originale. Et évidemment dans le cadre d’un jeu vidéo, un RPG qui plus est, on sait d’avance que tout ne figurera pas dans le résultat final. C’est pour cela que Your Story se concentre sur les moments fondamentaux de l’histoire. Du cinquième opus de la série, restent donc la mort de Petros, la conquête amoureuse de Lucas, la naissance d’Alus et l’assaut final.

Cela peut paraître peu pour ceux qui ont connu le jeu, mais en 1h40min, il n’est pas possible de faire des miracles. Si l’histoire se suit plutôt bien dans son ensemble, après tout Lucas a le temps de vivre la quasi entièreté de sa vie à l’écran, il est impossible de ne pas ressentir un certain manque. En effet, beaucoup de passages et personnages sont absents, pour réussir à rendre l’histoire à peu près fluide et homogène, ce qui rend l’entrée dans cet univers difficile.

Bien qu’étant un héritier de la saga Dragon Quest, Your Name ne manque pas d’innovations pour autant. Sans dévoiler la révélation finale, elle est un coup de maître. Elle justifie à elle seule le changement de direction artistique, le nom du héros et de son fils, le choix de sa femme et même les nombreuses ellipses. Si ce twist a été pas mal pointé du doigt au Japon, car différent de la fin de La Fiancée Céleste, il s’agit pourtant de la clef de voûte de ce long-métrage. Et la conclusion ne fait que sublimer ce retournement de situation. Elle apporte un message qui s’adresse autant aux joueurs qu’aux non-joueurs, et qui fait du bien à entendre à une époque où les jeux vidéo sont un média plutôt mal vu.

Conclusion

Bien évidemment, Dragon Quest: Your Story n’est pas un film parfait. Son principal problème reste commun à ce genre d’œuvre : il est impossible de tout raconter. Mais il est cependant une bonne adaptation de Dragon Quest V : La Fiancée Céleste grâce à sa sélection des moments les plus marquants de cette épopée. Il s’inspire assez du matériau d’origine pour ne pas perdre les fans de la première heure, l’utilise subtilement pour que les nouveaux venus comprennent ce qu’il se passe, et innove suffisamment pour expliquer tous les changements qui y sont opérés. C’est le parfait équilibre entre fidélité et renouveau.

Le changement de ton qu’apporte la nouvelle direction artistique est plus que rafraîchissant et nous démontre que, malgré tout, Dragon Quest peut se passer d’Akira Toriyama. Et même sans le character designer historique, ce film est un message d’amour dédié à tous les joueurs fans de RPG à travers le monde, quels que soient le lieu et l’époque. Les jeux vidéo ne sont pas que du divertissement, ce sont des moments de vie qu’on aime se remémorer et partager.

Et surtout, ce film donne diablement envie de jouer à Dragon Quest Quest V : La Fiancée Céleste ! La meilleure raison possible de le regarder.

Écrire un commentaire

Vous devez être inscrit(e) et connecté(e) pour pouvoir poster un commentaire.
Inscrivez-vous dès maintenant !