Vous êtes ici : AccueilLe siteLes NewsActualité : Interview de Nobuo Uematsu dans le Famitsu

Interview de Nobuo Uematsu dans le Famitsu


Square Enix

Le compositeur légendaire Nobuo Uematsu, qu'on ne vous présente plus, a donné une interview avec le magazine japonais Famitsu. Il revient notamment sur ses problèmes de santé, son rapport avec la mort et ses projets futurs.

En effet, le Maestro a été hospitalisé en septembre 2018 à cause de problèmes de santé. Il a ensuite annoncé une pause pour pouvoir s'en remettre. Depuis début 2019, il assiste aux concerts au Japon et se remet petit à petit au travail.

Cette interview est la première depuis son retour dans les devants de la scène. Pour information, il a quitté Square en 2004 pour passer en freelance et pouvoir travailler sur plusieurs projets. Il a notamment composé pour Super Smash Bros Brawl, Granblue Fantasy, Lost Odyssey, The Last Story, Fantasy Life. Chez Square Enix, il travaillait sur les chansons thèmes de Final Fantasy XIV et les compositions de Final Fantasy VII Remake.


Cela fait environ six mois que vous êtes revenu de votre pause, mais comment vont les choses récemment ?

J’ai eu quelques problèmes de santé, mais une fois que j’ai commencé à les accepter comme une partie de moi, j’ai pu miraculeusement retourner au travail normalement.

Nous étions très inquiets quand nous avons entendu parler de cela. Je pense que le monde entier était très inquiet aussi.

Oui c'est vrai. Je suis vraiment désolé d'avoir annulé les différents concerts et spectacles que nous avions programmés, y compris ceux à l’étranger. Mais il s'est passé pas mal de choses.

Avez-vous fini par être hospitalisé ?

Apparemment, j'étais sur le point de mourir (rires) ! Je n’étais pas totalement alité, mais complètement usé et transféré dans différents hôpitaux. Je pensais au moins que mon corps était toujours en forme, mais avec cet événement, j’avais complètement perdu confiance. Cela a tout affecté, jusqu'à mon humeur.

On dirait que votre corps et votre esprit sont fatigués…

J'aime me mettre à fond dans tout ce que je fais, alors quoi qu’il en soit, je vais continuer à donner mon maximum. C’est juste une de mes habitudes et je ne peux pas la changer maintenant. J'accepte un tas de travail et m’y consacre le plus possible. C’est pourquoi je suis épuisé. Mais je ne peux rien faire à propos de mon âge, et j'ai réalisé pour la première fois que je devrais commencer à être plus attentif à ce sujet.

Vous avez vraiment accepté autant de travail ?

Quand j’étais plus jeune, c’était un temps où je ne pouvais pas vivre de la musique. Si je refusais une proposition, j'avais peur de ne plus avoir de travail et j'étais terrifié, depuis lors… C’est une expérience tellement traumatisante qu’elle peut changer le reste de votre vie. Mais maintenant, j’ai pris conscience que ce serait difficile pour moi si je continuais à travailler au même rythme.

Vous avez clairement expliqué les raisons de votre pause. Nous sommes très soulagés de voir que vous allez continuer.

Je ne vais pas arrêter de composer. Mais c’est à ce moment-là que je devrais penser à ce que je vais composer.

Votre façon de composer a-t-elle changé depuis votre hiatus ?

Non, mais quelques vieux sentiments reviennent. Comme je compose des musiques pour des RPG depuis si longtemps, tout le monde pense que c’est ce que je fais, non ? Bien sûr, ce n’est pas complètement faux, mais il y a une partie de moi que je n’ai pas pu exprimer en faisant uniquement cela. Ça peut sembler dramatique, mais depuis que j'ai ces problèmes de santé, j'ai compris que tout le monde mourrait un jour…

C’est une chose très tragique qui nous arrive à tous.

J’ai 60 ans maintenant et j’en aurai 90 si je vis encore 30 ans. Mais 30 ans s’écoulent en un rien de temps, donc c’est comme si j’étais mort avant de m'en rendre compte, car je ne fais que mon travail. Si je ne commence pas à faire ce que je veux faire tout de suite, ma vie sera fichue (rires)

30 années sont passées en un clin d'œil pour vous ?

J’ai commencé à travailler chez Square, Final Fantasy a fini par se vendre, et j'étais très occupé depuis. Lorsque vous êtes occupé, le temps passe sans vous en rendre compte.

Je vois, c'est vrai.

Je me sens complètement différent par rapport à ma jeunesse où j'avais 30 ans mais quand je suis passé d'un jeune homme de 30 ans à un vieil homme de 60 ans, je n’ai pas l’impression que les choses ont changé.

Oh vraiment !?

Je n'ai pas changé (rires). Je commence à le comprendre de plus en plus récemment, mais les adultes ne sont que des enfants âgés (rires). Parce qu'à l'heure actuelle, à 60 ans, je suis vraiment excité à l'idée de découvrir ce que je vais faire avec moi-même jusqu'à ma mort... En mettant de côté que je n’ai pas autant de force.

C’est bien d’être encore excité à 60 ans !

De 30 à 60 ans, je me suis contenté de mettre de côté mes propres sentiments et d'effectuer le travail que je devais faire. Maintenant, je veux relever des défis qui me permettront de grandir. Mon « jeu de jambes » n’est pas aussi bon que dans ma jeunesse, mais mon réseau a vraiment grandi. Je pense que je vais faire tout mon possible pour réaliser des choses que je n’étais pas capable de faire auparavant.

Quelle est votre motivation pour continuer à composer ?

Je me demande parfois pourquoi je le fais. Si j’arrête, je ne saurais pas quoi faire avec moi-même tous les jours. Je n'ai pas vraiment de passe-temps.

C’est un peu surprenant de ne pas avoir de passe-temps du tout.

Eh bien, il y a des choses que j'aime faire. Je ne sais pas si je peux appeler ça un passe-temps, mais j’ai récemment été certifié en tant que sonothérapeute.

Vous avez une certification de thérapeute ?

Je voulais apprendre la sonothérapie comme technique de relaxation pour aider à traiter les douleurs articulaires, mais en vrai, cela aide plutôt à soulager les maux en faisant vibrer différents types de grands diapasons. Même s'ils ne me touchent pas du tout physiquement, c'est tellement étrange de voir à quel point ils me détendent juste avec des vibrations… De base, je croyais que c'était parce que les mélodies et les accords donnaient de l'émotion chez les gens, mais je pense que la raison principale pourrait en être la fréquence et vibrations provoquées par le son. Quand j’ai réalisé qu’il y avait quelque chose de plus beau que ce à quoi je pensais jusqu’à présent, j’ai vraiment voulu étudier cela de plus près. J'avais juste l'intention de suivre un cours sur le sujet, mais j'ai fini par obtenir une certification (rires).

Vous êtes le genre de personne qui s’intéresse vraiment à tout ce qu’elle fait (rires)

Une expérience formatrice pour moi qui m’a initié à la musique a été d’écouter le Vienna Boys’ Choir (Petits Chanteurs de Vienne). Le mystère de la raison où l'on apprend que cet enfant qui ne connaissait rien à la musique pleurait en écoutant cette chorale est une inspiration. En fait, je rêvais d’être un jour sonothérapeute, je sentais qu’il y avait quelque chose dans la musique qui pouvait guérir le cœur des gens. Je suis heureux de pouvoir encore explorer ces choses sur lesquelles je voulais en savoir plus, même à cet âge.

Avez-vous appris la musique complètement en auto-didacte ?

C'était tout en auto-didacte. Mais si j'en avais eu l'occasion, peut-être que j'aurais pu aller dans une école de musique ? Ainsi j'aurais eu l'occasion de l'étudier beaucoup plus efficacement de cette façon.

Le matériel aurait déjà été préparé pour vous.

Je n'ai pas étudié le piano ni la musique de manière approfondie, et je suis allé dans un collège ordinaire car mon père n'y croyait pas pour une carrière professionnelle… Mais quand j'étais au collège, je lisais beaucoup de livres sur le jazz, la théorie et les techniques de composition, alors je me suis vraiment intéressé à la théorie. Vous vous demandez pourquoi C (Do) vient après le G7 (Sol 7), des choses comme ça. Je ne sais pas si tout cela m’a été utile ou non, mais quand je le parcourrais, je voyais ma propre structure musicale se former.

Quels que soient les moyens, vous devez toujours tout comprendre vous-même à la fin.

Mais vous savez, les gens qui finissent par devenir des compositeurs professionnels ne sont pas ceux qui étudient délibérément pour l'être. Je pense que ceux qui le font sont ceux qui composent petit à petit, même s’ils ne se sont pas souciés de tout cela.

Je vois… Alors, que devraient faire, selon vous, les jeunes qui veulent se lancer dans l'industrie de la musique de jeu ?

Voyons voir… Si vous vouliez être compositeur à l'époque, vous deviez d’abord devenir bon avec un instrument et ensuite être capable d’écrire quelque chose. Les synthétiseurs, les enregistreurs multipistes et les séquenceurs sont de plus en plus répandus depuis, alors vous n’avez même pas besoin de tout jouer vous-même. Et de nos jours, de nombreuses applications sont disponibles, de sorte que quiconque peut composer de la musique relativement facilement.

C'est devenu beaucoup plus pratique.

Mais si vous n’avez pas beaucoup de détermination, vous ne le ferez pas. Lorsque vous vouliez exprimer quelque chose, vous deviez commencer par pratiquer cet instrument. Mais maintenant, vous pouvez penser « Ah, je veux que ça sonne comme ça », appuyer sur un bouton, et vous avez des extraits de batterie ou autre. Ensuite, vous pouvez simplement les monter ensemble et c'est tout. Je pense donc que les sentiments et le sérieux autour de la musique commencent à devenir très différents.

Je vois, c'est peut-être vrai.

Pouvoir jouer avec la musique facilement est une très bonne chose. Mais si vous voulez être un compositeur de musique de jeu, je pense que vous devez avoir une très forte détermination. Sinon, vous allez tomber dès que vous serez découragé.

C’est une des raisons pour ne pas persévérer…

Je n’ai toujours pas pu exprimer le même genre d’émotion que lorsque j’ai entendu la chorale des Petits Chanteurs de Vienne, et je ne pense pas arrêter de poursuivre cet objectif tant que je ne l’ai pas atteint. Il y a des avantages et des inconvénients à persévérer aussi longtemps, et personne ne peut vraiment se préparer à ce que cela soit si décourageant lorsque vous rencontrez des revers. Mais je me demande si beaucoup de gens y pensent de nos jours ? Beaucoup de gens pensent peut-être que « si la musique ne marche pas pour moi, je vais juste commencer à peindre ou à dessiner », et ils changent de métier. La mentalité de faire un seul travail jusqu'à la mort n'existe plus, contrairement à avant.

Que vous gagnez votre vie avec un métier différent du chemin que vous avez choisi, je ne pense pas que c'est une mauvaise chose.

Ce n’est pas une mauvaise chose du tout. Mais c’est ce que j’avais dit à la question : « Je veux vivre de la musique de jeu, quelles suggestions avez-vous ? ». En tout cas, je veux juste dire qu’il ne faut pas essayer d’imiter quelqu'un d’autre.

Vous serez éternel second, après tout.

Vous ne devriez pas être dépendant des opinions des autres… mais vous devriez les demander. Il est important que vous preniez l’habitude prendre les décisions vous-même. Si vous ne faites que suivre les opinions des autres, vous perdrez de vue qui vous êtes vraiment.

Donc, vous devez avoir un « noyau », une personne en référence. Un peu comme vous, M. Uematsu.

C’est bien si c’est du rock ou du jazz. C’est bien seulement si vous aimez quelque chose sans condition. Les personnes qui peuvent garder cette émotion sont fortes, et je pense que les personnes qui ont ce genre de pinceau avec la musique quand elles sont jeunes ont beaucoup de chance. C’est le genre de musique qui change la vie.

Et vous avez expérimenté cela vous-même (rires)

Je suppose que oui (rires) C’est le cas pour moi avec les Petits Chanteurs de Vienne, le rock et le classique. Je pense que l'ère a une grande influence sur cela. De nos jours, il y a tellement de choix, même sur un iPhone.

C'est vrai.

De nos jours, à peu près tout le monde a écrit quelque chose sur la musique ou les films dans la section intérêts personnels de son CV. Et tous étaient complètement passionnés dans ces choses-là (rires) Ceux qui aimaient les films en savaient vraiment beaucoup sur eux, et il y avait aussi beaucoup de rat de bibliothèque. Quoi qu’il en soit, si vous me demandiez si la situation était meilleure maintenant ou à l’époque, je ne serais pas en mesure de vous répondre. Je n’ai fait que de la musique et j’ai écouté une tonne de genres différents. Au final, j’ai eu beaucoup de chance d'avoir eu toutes ces graines d'émotions plantées en moi.

Chaque génération a la vie dure d'une manière différente.

N'est-ce pas ? Il y a tellement de choses maintenant que vous ne pouvez pas choisir, pas vrai ? Mais quand vous êtes jeune, vous êtes une feuille blanche. Vous avez le potentiel d’être n'importe qui, et c’est merveilleux.

Avez-vous déjà songé à vouloir revenir à votre jeunesse?

Nope ! Je n'avais ni argent ni travail, je ne voudrais pas retourner à cette pénible vie (rires) mais c'était vraiment amusant de parler de nos rêves avec des amis qui se trouvaient dans la même situation… C'est étrange d'avoir 60 ans en ce moment (rires)

Je suis sûr qu’il y aura des histoires passionnantes de votre part dans les 30 prochaines années (rires). Il semble que vous poursuiviez alors certaines des expériences émotionnelles de votre jeunesse.

Je suppose que c'est le cas… Je pense que si quelqu'un d’autre écoute les Petits Chanteurs de Vienne, il se peut qu’il éprouve les mêmes sentiments que moi. Cela peut sembler important seulement pour moi, mais ma vie a été complexe parce que je pense toujours que j’ai besoin d'émouvoir les autres avec ma musique de la même manière (rires).

Pas du tout ! Je pense que beaucoup d'entre nous ont été assez émus par votre musique !

J’ai pensé devenir critique de musique et permettre aux autres d’entendre la musique qui m’a tellement émue. C’est tellement ce que je veux montrer aux autres. Mais en y pensant, si je composais et transmettais cette musique à la génération suivante avec mon propre filtre, je pense que mon travail serait fondamentalement la même chose.

Alors, quels sont vos projets pour le futur proche ?

Voyons voir… Je pense que j’aimerais avoir plus de concerts en solo. Inviter des invités à chanter, montrer des photos que les personnes ont pris et inviter des gens à lire des histoires que je crée… Je voudrais continuer à me mettre au défi avec ce genre de choses.

Vous nous avez donné un aperçu de votre monde qui est clairement très différent de celui d’aujourd’hui, et cela ressemble à quelque chose de grandiose !

Si je pouvais réserver un petite salle dans la ville pendant environ une heure une fois par an, cela me suffirait.

Juste une heure ? Mais j’imagine que ce serait une expérience unique.

Mais pendant trente minutes, c’est moi qui vais parler (rires). Je vais essayer, et si je me trompe ou que ça ne se passe pas comme je le souhaite, je vais avoir peur et je serai tétanisé avant même que je puisse finir. Mais ensuite, je travaillerai progressivement sur les axes d’améliorations, c’est mon objectif (rires). Cela peut donc être compliqué au début, mais c’est comme ça. Même si je reçois des insultes par tous les spectateurs, je comprendrai. Ce serait vraiment bien d'essayer de faire quelque chose juste pour moi comme ça.

Vous êtes juste une personne qui ne peut jamais s’arrêter. J'espère que vous pourrez continuer à avancer comme ça pour toujours !

Je ne vais pas m’arrêter (rires)


Nous souhaitons un très bon rétablissement à M. Nobuo Uematsu.

Écrire un commentaire

Vous devez être inscrit(e) et connecté(e) pour pouvoir poster un commentaire.
Inscrivez-vous dès maintenant !

Dernières actualités

Concernant Square Enix

» 17.10.2019 à 21h06 : Interview : La French Touch chez Square Enix
» 16.08.2019 à 23h24 : Interview de Nobuo Uematsu dans le Famitsu
» 06.06.2019 à 10h46 : Les musiques de Final Fantasy en streaming
» 01.04.2019 à 11h26 : Final Fantasy fait son Battle Royale
» 01.04.2019 à 09h49 : Du mouvement chez Square Enix
» 19.02.2019 à 21h23 : Des résultats en demi-teinte chez Square Enix
» 20.09.2018 à 17h10 : Visual Works nous en met encore plein la vue
» 15.07.2018 à 16h05 : Interview de Itsuki Kameya (FF Lost Stranger)
» 29.06.2018 à 13h03 : Japan Expo 2018 : Line-up de Square Enix
» 05.06.2018 à 21h53 : Square Enix dédie une division à la Switch
» 01.06.2018 à 15h10 : E3 2018 : Le programme des conférences
» 08.05.2018 à 15h15 : Une conférence Square Enix à l'E3 2018
» 27.03.2018 à 11h42 : Le nouveau studio Luminous Productions
» 25.01.2018 à 15h07 : L'équipe d'Avengers Project s'assemble
» 23.01.2018 à 00h58 : Le créateur de Sonic rejoint Square Enix

Le reste de l’actualité (archives)

» 17.10.2019 à 21:06 : Interview : La French Touch chez Square Enix
» 17.10.2019 à 20:27 : PGW2019 : Line-up de Square Enix
» 24.09.2019 à 20:45 : Final Fantasy VII Remake dévoile sa jaquette
» 24.09.2019 à 18:52 : Dissidia NT : C'est l'heure du jugement
» 15.09.2019 à 14:42 : TGS 2019 : 54eme Lettre Live FFXIV
» 14.09.2019 à 14:00 : TGS 2019 : Nouvelle présentation de FFVIIR
» 12.09.2019 à 20:52 : TGS 2019 : War of the Visions a du budget
» 11.09.2019 à 23:17 : TGS 2019 : Les Turks débarquent à Midgar
» 11.09.2019 à 22:59 : TGS 2019 : Départ annoncé pour l'océan étoilé
» 11.09.2019 à 22:50 : TGS 2019 : Le retour de SaGa avec une date
» 09.09.2019 à 21:37 : TGS 2019 : La pièce manquante de KH3
» 09.09.2019 à 21:07 : TGS 2019 : Le retour de Crystal Chronicles
» 05.09.2019 à 21:13 : Résumé du Nintendo Direct 05/09/2019
» 25.08.2019 à 15:30 : GC 2019 : Notre aperçu de FFVII Remake
» 22.08.2019 à 19:36 : Deux sorties dans le catalogue de Square Enix