Vous êtes ici : AccueilJeux Square EnixFinal Fantasy Crystal Chronicles Remastered Edition

Final Fantasy Crystal Chronicles Remastered

La série des Crystal Chronicles a beau être un des univers les plus étendus de la saga Final Fantasy (six jeux, deux mangas et un remaster tout de même), elle n’en reste pas moins plutôt méconnue. Pourtant, c’est cette série qui va être un moment charnière dans l’histoire de notre très chère saga . A cette époque, Square Enix et Nintendo sont en très mauvais termes depuis l’incident Final Fantasy VII. Et c'est grâce à Final Fantasy Crystal Chronicles que les deux compagnies vont se réconcilier et proposer tout un tas de nouveaux jeux. Aujourd’hui nous sommes en 2020, Square Enix a décidé de ressortir une édition remastered de cette clé de voûte, et c’est l’occasion idéale de mettre nos mains sur ce morceau d’Histoire.

Chroniques d’un Final Fantasy pas comme les autres

Si la définition d’un Final Fantasy diffère en fonction de chaque joueur, il y a tout de même un fait que nul ne peut nier : chaque Final Fantasy est unique ! Et le moins que l’on puisse dire, c’est que plus que n’importe quel titre avant lui, il casse tous les codes établis par les jeux précédents. A tel point que sans connaître son nom à l’avance, il est presque impossible de le deviner.

Final Fantasy Crystal Chronicles applique à la (mog-)lettre près la citation : “Dans un voyage ce n'est pas la destination qui compte mais toujours le chemin parcouru, et les détours surtout” (Philippe Pollet-Villard). En effet, nous sommes dans un monde recouvert d’un miasme toxique pour les habitants. Le seul moyen de survivre est de se trouver à proximité d’un cristal qui purifie l’air autour de lui. Problème, les cristaux perdent de leur éclat d’année en année et des caravanes se forment donc pour trouver de quoi les restaurer. Oubliez les habituels chocobos, les invocations que l’on croise à chaque fois, le fameux Cid ou même les races récurrentes. Ici, le monde se compose de quatre races inédites : les pacifiques Clavats, les guerriers Liltys, les savants Yukes et les Selkies libres comme l’air. Des années durant, nous dirigeons notre caravane à travers le monde pour permettre à notre cristal de briller toujours plus longtemps. Le scénario n’est donc pas très développé. Et pourtant, le voyage est passionnant. Au cours de notre périple, nous ne cesserons de croiser les autres caravanes et d’échanger avec elles. Et chaque année, nous les verrons évoluer en même temps que nous. C’est là que réside un des points forts de ce jeu. Un road-trip unique et bucolique dans un monde fantastique, treize ans avant Final Fantasy XV.

Si le déroulement du jeu prend déjà les joueurs de Final Fantasy à contre-pied, c’est loin d’être le seul élément. Dans la série Crystal Chronicles, fini les combats statiques, qu’il s’agisse de tour par tour ou d’ATB. Dorénavant, ce sera non seulement un jeu d’action, mais surtout un jeu d’action multijoueur. Il s’agit là de deux pas de géant pour notre saga fétiche. Jamais un Final Fantasy n’avait osé s’aventurer sur le terrain de l’action auparavant, et même si Final Fantasy XI a proposé du multijoueur l’année précédente, cette fois c’est en local. Ainsi, nous pouvons incarner jusqu’à quatre personnages dans notre caravane et nous entraider dans l’exploration des donjons, ce qui promet des sessions de jeu mémorables. Il suffit d’explorer ensemble de multiples donjons pour récolter des gouttes de myrrhe et rentrer au village quand nous en avons suffisamment. En combat, chaque race a ses particularités propres et c’est aux joueurs de s’en servir au mieux pour couvrir les arrières de ses amis. Les Clavats encaissent mieux les coups, les Liltys frappent fort, les Yukes sont d’excellents mages et les Selkies sont rapides. En revanche, oubliez le système de niveau, la progression se fait directement à partir de vos équipements ainsi que des artefacts gagnés en donjons.

Un remaster pour quoi faire ?

Ce n’est plus une surprise, Square Enix a tendance à ressortir régulièrement son ancien catalogue de jeux sous forme de remaster ou de remake. Et cette année c’est sur Final Fantasy Crystal Chronicles que s’est jeté le dévolu de la firme. Déjà, première petite révolution, Nintendo perd son exclusivité. Pour la première fois, un jeu Crystal Chronicles est disponible chez Sony, mais également sur iOS et Android. Et cela fait du bien de voir de vrais jeux sur les plateformes mobiles, bien loin des incessants jeux freemium qui ne cessent de se multiplier.

Comme chaque remaster, Final Fantasy Crystal Chronicles bénéficie d’une refonte graphique globale plus honorable et d’une réorchestration complète de son OST. Le monde déjà bien coloré à l’origine ne perd rien de son charme et semble même encore plus féerique. De leur côté, les thèmes ont toujours cette facilité inouïe à nous faire voyager dans notre imaginaire. Mais Square Enix en a tout de même profité pour ajouter quelques contenus exclusifs. Tout d’abord, huit nouvelles apparences pour nos personnages ont été ajoutées. Rien de transcendant mais c’est toujours un plus. Ensuite vient un élément qui a souvent été cité dans la communication autour du jeu : les mimics. Il s’agit ni plus ni moins que de cristaux permettant de prendre l’apparence de personnages non jouables du jeu. Encore une fois, c’est secondaire mais cela apporte un peu de choix bienvenu. Vient l’ajout le plus appréciable et pourtant le moins cité : les donjons difficiles. Ce qui est parfait pour ajouter de la viabilité mais surtout du challenge aux joueurs. Enfin, Final Fantasy Crystal Chronicles Remastered possède désormais un doublage quasi intégral, ce qui renforce l’immersion.

Tout cela est bien joli, mais ce ne sont pourtant pas LES mécaniques sur lesquelles sont braqués les projecteurs. Final Fantasy Crystal Chronicles est connu pour être un jeu multijoueur. A l’époque, il fallait se réunir à quatre devant le Gamecube, posséder quatre Gameboy Advance et quatre câbles pour les relier. C’était laborieux et peu de joueurs ont pu essayer l’aventure à quatre. Tous les regards étaient donc braqués sur la façon dont Square Enix allait corriger ce problème. Plusieurs solutions ont donc été apportées. Tout d’abord, un mode multijoueur en ligne, comme nous les connaissons si bien depuis des années. Mais petit avantage par rapport aux autres jeux, il est cross-plateforme ! Non seulement entre les deux consoles de salon de Sony et Nintendo, mais aussi avec les portages sur mobiles. Ensuite, sur les quatre plateformes, Final Fantasy Crystal Chronicles Remastered propose une version dite Lite. C’est-à-dire l’équivalent d’une démo gratuite, mais en plus avantageux. Pourquoi cela ? Parce que grâce à cette version Lite, n'importe qui peut rejoindre un possesseur du jeu complet dans ses aventures. En bref, c’est une manette gratuite à portée de main.

Quelques (gros ratages)...

Sur le papier, ces idées de multijoueur en ligne, de cross-plateforme et de version Lite sont excellentes. Malheureusement ,dans les faits, on est loin de l’idéal visé. Avant toute chose, il est fort regrettable que le multijoueur en local ait tout simplement été supprimé. Nous sommes désormais obligés de passer par le online pour profiter d’une aventure à plusieurs. Ce qui sous-entend évidemment que même avec des versions Lite sous la main, ce qui se fait avec n’importe quel smartphone, il faut passer par les services payants de Sony et Nintendo. Ce qui est quand même un comble quand on cherche à ce point à rapprocher les joueurs. Bien sûr, il n’est pas compliqué de comprendre que l’on ne peut pas faire de la coopération locale avec quatre systèmes aussi différents, mais c’est tout de même un sacré frein.

Autre gros problème de ce multijoueur en ligne, c’est la manière dont il a été réalisé. Pour donner une image concrète du problème, imaginez votre caravane. Devant le Gamecube en local, vous étiez jusqu’à quatre amis à partir ensemble du même village, à développer vos relations avec votre famille et à progresser. Avec la version Remastered et le online, vous n’êtes que quatre étrangers qui vous regroupez devant un donjon avant de vous séparer en arrivant au bout de celui-ci. Plus de progression simultanée, et en prime il faut relancer un salon à chaque donjon. Encore une fois, c’est facile à comprendre. Sur la version originale, il s’agissait de plusieurs joueurs sur un même jeu. Sur la version actuelle, ce sont quatre jeux qui se regroupent. Mais de là à faire en sorte que seul l’hôte du donjon progresse dans son aventure… Cela rend presque l’aventure inutile en multijoueur si nous devons tout faire quatre fois au minimum pour progresser au même rythme. De plus, le multijoueur est bloqué par région et par jeu ! Il est impossible de jouer avec un ami américain ou japonais sur une édition française, à moins d’acheter une version en provenance de chez eux.

Dernier souci majeur de cette édition, cette fois directement hérité de la version originale : l’ergonomie. Sur Gamecube, la touche action était le bouton A et il fallait changer l’action à effectuer (attaque, défense, magie, objet) avec les gâchettes. Ce n’était pas pratique mais c’était le moyen trouvé pour que cela fonctionne avec les Gameboy Advance qui ont nettement moins de boutons que les manettes Gamecube. Jusqu’ici, ça va. Mais pourquoi dans cette édition Remastered, Square Enix a décidé de conserver cette configuration pour les touches ? Cela ne fait absolument plus aucun sens puisque le jeu bénéficie des manettes Dualshock 4, Nintendo Switch Pro et de toutes celles qui sont compatibles avec les smartphones ! C’est une relique du passé qui aurait mérité d’être corrigée au profit des moyens actuels. Pire encore : le gameplay est plus intuitif sur les écrans tactiles des téléphones qu’à la manette. Incompréhensible, on vous dit !

Moins important que les trois points décrits ci-dessus, on peut aussi ajouter l’absence de choix audio. Il est impossible de choisir entre les voix anglaises et les voix japonaises. Et vu certains choix assez… surprenants de la VA, il aurait été judicieux de laisser le joueur décider. Même remarque pour la bande-son. Si la réorchestration est parfaitement réussie, il est dommage de ne pas pouvoir alterner avec l’originale quand l‘envie se fait sentir.

Un enrobage décevant pour un jeu unique

Final Fantasy Crystal Chronicles est un jeu unique, à défaut d’être culte. Il a marqué toute une génération de joueurs mais aussi de développeurs chez Square Enix. Il est la cristallisation de la réconciliation entre Square Enix et Big N, mais aussi les premiers pas de la série Final Fantasy dans le monde de l'action et de la coopération. A bien des égards, il est aussi un road-trip bien mieux amené que Final Fantasy XV. Et ce lifting ne fait que magnifier cet univers enchanteur. Le monde de Final Fantasy Crystal Chronicles n’a rien perdu de sa superbe et est toujours autant une ode à l’aventure comme rarement un Final Fantasy ne l’a été. Nous sommes libres comme le vent et progressons dans un monde rempli de merveilles au rythme de mélodies poétiques et entraînantes. Ce n’est pas la destination finale qu’est le scénario qui importe, c’est vraiment cet émerveillement de découvrir ce monde et ses habitants. Et en cela, ce remaster est réussi.

Mais pour tout ce qui est du jeu en lui-même, c’est beaucoup plus mitigé. On ne peut clairement pas dire que Square Enix n’a pas fait d’efforts ou que l’éditeur a sorti ce jeu juste pour combler un vide. Si c’était le cas, il ne se serait pas amusé à développer un multijoueur cross-plateforme sur quatre supports aussi différents. Si Square Enix se moquait de ce jeu, il n’y aurait certainement pas eu un doublage quasi intégral. Si ce jeu n’avait pas d’importance, pourquoi proposer ces versions Lite ? Il y avait donc une certaine volonté de proposer une expérience réussie et de remettre cette pierre angulaire de la série au goût du jour. C’est sans doute même la raison de tous les reports qu’a subis ce remaster. Et pourtant, l’absence de coopération locale, de progression simultanée et de configuration moderne des touches est assez consternante. C’est même totalement incompréhensible quand on regarde les efforts mis à côté, et cela gâche l’expérience globale.

Cela est fort dommage, car Final Fantasy Crystal Chronicles est un jeu magique. Il est parfait pour vivre des aventures entre amis dans un monde où vous êtes totalement libres de vos actions.

Dates de sortie
Japon 27 août 2020
États-Unis 27 août 2020
France 27 août 2020

Écrire un commentaire

Vous devez être inscrit(e) et connecté(e) pour pouvoir poster un commentaire.
Inscrivez-vous dès maintenant !